Actualités  –  publiée le 27/02/2022 par Équipe de rédaction Santélog

Bio-Design and Manufacturing

Avec le développement de capteurs de nouvelle génération, portables sous forme de patch par exemple, imprimés en 3D et à faible coût, il devient possible d’analyser les nombreux métabolites présents dans la sueur (Visuel Simon Fraser University) Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Avec le développement de capteurs de nouvelle génération, portables sous forme de patch par exemple, imprimés en 3D et à faible coût, il devient possible d’analyser les nombreux métabolites présents dans la sueur, des marqueurs précieux du métabolisme et de la santé.

C’est la mission de cette équipe de bioingénieurs de l’Université Simon Fraser (SFU, Canada) qui présente ici dans la revue Bio-Design and Manufacturing, une nouvelle technologie de détection sur caoutchouc.

La recherche est menée en collaboration avec des chercheurs de l’Université du Zhejiang suit la piste, en développement rapide, des capteurs portables, dont les capteurs de sueur.

Ces capteurs portables peuvent évaluer la santé du sujet, en analysant les produits chimiques et autres données de santé contenues dans la sueur.

Contrairement à la collecte et au test d’autres bio-fluides tels que la salive ou le sang, la méthode est non invasive et ne nécessite aucune assistance.

« La composition chimique et les données dérivées de la sueur sont d’une grande valeur en termes de reflet de l’état de santé humaine », expliquent les chercheurs.

« La collecte directe de la sueur à la surface de la peau est une méthode simple et facile qui permet également d’éviter les problèmes de confidentialité ».

La sueur, un biofluide accessible qui peut être surveillé de manière non invasive :

Les capteurs de sueur vont pouvoir surveiller les informations biochimiques humaines pendant l’exercice, y compris les niveaux d’ions ou de lactate, qui peuvent servir d’indicateurs d’hydratation et de bien-être physiologique et psychologique global.

Les données recueillies peuvent également jouer un rôle dans l’évaluation de divers facteurs de santé, notamment le stress et la nutrition.

Mécaniquement flexibles et dotés de fonctions de communication sans fil, ces capteurs peuvent être aujourd’hui fixés à la peau à l’aide de mousse, de tissu, de plastiques flexibles ou de caoutchouc et, idéalement, être alimentés par des chargeurs sans fil.

L’étude témoigne ainsi des progrès accomplis dans ces technologies de capteurs et l’évolution vers une autosurveillance permettant à chaque usager d’être acteur de sa propre santé.

Source: Bio-Design and Manufacturing Dec, 2021 DOI: 10.1007/s42242-021-00171-2 Emerging wearable flexible sensors for sweat analysis

Lire aussi :