PÉDIATRIE  –  Par Marielle Ammouche le 13-07-2021

Une image contenant ours, peluche, intérieur, pleine

Description générée automatiquement egora.fr

Les prescriptions de médicaments chez les enfants ne baissent pas, plaçant la France parmi les plus gros consommateurs.

Les corticoïdes oraux chez les moins de 6 ans et les IPP chez les nourrissons sont particulièrement sources d’inquiétudes.

Si on sait que la population française, dans son ensemble, fait partie des plus gros consommateurs de médicaments en Europe, on a peu de données concernant les enfants.

Les dernières remontent à 2011 via une analyse de l’Echantillon Généraliste des Bénéficiaires de l’assurance maladie (EGB), qui avait montré que la fréquence de prescriptions pédiatriques en France était la plus élevée au monde.

Or les enfants sont particulièrement vulnérables à court et à long terme aux prescriptions médicamenteuses du fait de leur immaturité et du profil de sécurité des thérapeutiques, souvent moins bien étayé dans cette population que chez les adultes.

Dans ce contexte, des chercheurs (Inserm, Université de Paris, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines / Université Paris-Saclay, AP-HP et GIS Epi-Phare), ont voulu actualiser les données sur ce sujet.

Ils ont mené une étude au niveau national à partir des données fournies par le Système national de données de santé (SNDS) concernant les médicaments remboursés, prescrits en ambulatoire, chez les enfants de moins de 18 ans sur la période 2018-2019, soit plus de 230 millions de dispensations.

Il en ressort que les prescriptions restent à un niveau très élevé et sont même en augmentation, de 4% par rapport à la période 2010-2011, portant à 86% la proportion d’enfants ayant reçu au moins une prescription médicamenteuse au cours de l’année.

Les moins de six ans apparaissent les plus exposés avec 97% d’enfants concernés.

Les classes thérapeutiques les plus prescrites sont les analgésiques (64%), les antibiotiques (40%), les corticoïdes par voie nasale (33%), la vitamine D (30%), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (24%), les antihistaminiques (25%) et les corticoïdes par voie orale (21%).

“Après la publication des données de 2011, nous nous attendions à une évolution importante pour certaines classes thérapeutiques compte tenu des régulations mises en place ou des recommandations émises depuis 2011.

Une diminution de 12% de la fréquence de prescriptions d’antibiotiques sur les dix dernières années a été relevée dans notre étude, mais cela reste insuffisant car plus d’un enfant de moins de 6 ans sur deux a reçu une prescription d’antibiotique dans l’année”, détaille le Dr Marion Taine, co-auteure de l’étude.

En outre, parmi les sujets qui inquiètent, figure la prescription de corticoïdes oraux qui concerne 1 enfant de moins de 6 ans sur 3, un niveau qui n’a pas baissé en 10 ans.

Et 2% des nourrissons de moins de 6 semaines ont reçu une prescription d’inhibiteurs de la pompe à proton, et ce, “bien que la fréquence des affections pour lesquelles ce traitement est recommandé est bien inférieure à cet âge”, explique le Dr Marion Taine.

La France, mauvaise élève

L’Inserm affirme que la France apparait comme l’”un des pays les plus prescripteurs de médicaments en pédiatrie ambulatoire”, bien que les comparaisons internationales soient difficiles à faire du fait de la diversité des systèmes de santé des pays et des politiques de remboursement des médicaments (notamment ceux accessibles en vente libre).

Les scientifiques soulignent cependant que la prescription de corticoïdes, par exemple, est 5 et 20 fois plus élevée en France qu’aux Etats-Unis ou en Norvège.

Pour les antibiotiques, la fréquence de prescriptions aux enfants français est aussi 5 fois supérieure à celle observée aux Pays-Bas.

Pour les chercheurs, ces niveaux élevés de prescriptions pourraient s’expliquer notamment par “l’image positive qui est associée aux médicaments en France, tant dans la population que parmi les prescripteurs”.

“Ces résultats préoccupants nécessitent des analyses détaillées pour mieux cibler les futures campagnes de formation pour optimiser l’usage des médicaments en pédiatrie.

Une meilleure information de la population et des prescripteurs vis à vis de l’usage des médicaments chez l’enfant est indispensable”, conclut le Dr Marion Taine.

Sources : The Lancet Regional Health Europe, aout 2021. Inserm, 12 juillet 2021

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S266677622100106X?via%3Dihub 

Une image contenant personne, intérieur

Description générée automatiquementL’échographie, une technique en développement en pédiatrie

Allergies alimentaires : un nouveau PAI

Une image contenant texte, intérieur, personne, ordinateur

Description générée automatiquementManger devant la télévision réduirait le développement du langage chez les enfants

Traitement par l’hormone de croissance dans l’enfance : des données rassurantes sur le long terme

=============================================================================================

Accueil Médicament & Parapharmacie Médicament

Trop de médicaments prescrits aux enfants en France

PAR PASCAL MARIE –  PUBLIÉ LE 13/07/2021

Une image contenant personne, fille, petit, chambre à coucher

Description générée automatiquement Crédit photo : Phanie

On prescrit trop de médicaments aux enfants en France, et en particulier aux moins de six ans, met en garde une étude notamment réalisée par l’INSERM et publiée lundi dans « The Lancet Regional Health Europe ».

Pour les besoins de cette étude, les prescriptions en 2018-2019 ont été comparées à celles faites en 2010-2011.

Ces travaux portent précisément sur les médicaments remboursés prescrits aux moins de 18 ans (hors hospitalisations) par un médecin, une sage-femme ou un dentiste.

Au total, pour 2018-2019, plus de 230 millions de dispensations de médicaments ont été analysées.

Sur cette période, « 86 enfants de moins de 18 ans sur 100 ont été exposés à au moins une prescription médicamenteuse au cours d’une année, soit une augmentation de 4 % par rapport à 2010-2011 », détaille l’INSERM.

« Les moins de six ans représentaient la catégorie des enfants la plus exposée aux médicaments avec plus de 97 enfants sur 100 concernés sur une année », poursuit l’institut de recherche.

Les familles de médicaments les plus prescrites sont les analgésiques (64 % des mineurs en ont eu), les antibiotiques (40 %), les corticoïdes par voie nasale (33 %), la vitamine D (30 %), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (24 %), les antihistaminiques (25 %) et les corticoïdes par voie orale (21 %).

L’étude note toutefois « une diminution de 12 % de la fréquence de prescriptions d’antibiotiques sur les dix dernières années », mais cela reste « insuffisant car plus d’un enfant de moins de 6 ans sur deux a reçu une prescription d’antibiotique dans l’année », nuancent les chercheurs de l’INSERM.

L’ensemble de ces résultats confirment en tout cas que « la France est un des pays les plus prescripteurs de médicaments en pédiatrie ambulatoire ».

Ainsi, « les fréquences de prescriptions de corticoïdes par voie orale pour les enfants français étaient (respectivement) 5 et 20 fois plus élevées que celles observées pour des enfants américains et norvégiens dans d’autres études récentes » et « pour les antibiotiques, la fréquence de prescriptions aux enfants français était 5 fois supérieure à celle observée aux Pays-Bas », note l’institut de recherche.

« Les enfants les plus jeunes sont particulièrement vulnérables aux effets indésirables à court et à long termes des médicaments » rappelle l’INSERM qui estime que « ces résultats préoccupants nécessitent des analyses détaillées pour mieux cibler les futures campagnes de formation (afin) d’optimiser l’usage des médicaments en pédiatrie »,

L’INSERM plaide notamment pour une « une meilleure information de la population et des prescripteurs vis-à-vis de l’usage des médicaments chez l’enfant ».

Avec l’AFP.