Accueil/Actualités/Education/  –  Education

Mis à jour le 10 janvier 2023 à 17:41  Par Fatma Guetary

Réseaux sociaux et santé mentale des jeunes © ShutterStock

Des écoles américaines portent plainte contre les réseaux sociaux | Psychologies.com

Les réseaux sociaux néfastes pour les jeunes ?

C’est ce que soutient un district scolaire américain qui porte plainte contre les géants de la technologie et tire ainsi la sonnette d’alarme en ce qui concerne la santé mentale des jeunes.

Un ensemble d’établissements scolaires américains de la ville de Seattle dans l’état de Washington, a porté plainte vendredi dernier selon la radio américaine  npr contre les principales plateformes de réseaux sociaux, les accusant de la dégradation considérable de  la santé mentale des adolescents américains et par voie de conséquence empêchant les écoles de mener à bien leur mission éducative auprès des jeunes.

« L’augmentation des suicides, tentatives de suicide et visites aux urgences liées à la santé mentale n’est pas une coïncidence », peut-on lire dans le dépôt de plainte. 

Cette crise s’aggravait déjà avant la pandémie et la recherche a identifié les réseaux sociaux comme jouant un rôle majeur dans l’apparition de problèmes de santé mentale chez les jeunes. »

Les écoles américaines montent au créneau

Google, Meta, Snap et Tiktok sont dans le collimateur des écoles publiques, lesquelles allèguent dans leur plainte que ces réseaux sociaux ont exploité « la psychologie et la neurophysiologie de leurs utilisateurs pour qu’ils passent de plus en plus de temps sur leurs plateformes, créant une crise de santé mentale chez les jeunes américains ».

Et ce, dans le but d’engranger le maximum de profits car selon eux « plus les usagers passent de temps sur ces plateformes, plus les accusés peuvent vendre de publicités ».

La plainte de 91 pages accuse les réseaux sociaux d’avoir contribué à créer un climat de « nuisances publiques » en ciblant leurs produits sur les enfants.

Entre 2009 et 2019, il y a eu une augmentation de 30% du nombre d’élèves ayant déclaré se sentir « tristes ou désespérés presque tous les jours pendant deux semaines ou plus ».

Une crise de santé mentale majeure

Toujours selon la radio américaine, les responsables des différentes plateformes n’ont pas souhaité relever directement ces accusations.

Google et Snap affirment néanmoins avoir mis en place différents moyens afin d’assurer une expérience de navigation sûre et soucieuse du bien-être des enfants.

Mais pour les responsables scolaires cela n’est pas suffisant, ils souhaiteraient une contribution financière de dédommagement de la part de ces géants de la tech puisque ces comportements ont « obligé les écoles à prendre des mesures telles que l’embauche de professionnels de la santé mentale supplémentaires, l’élaboration de plans de cours sur les effets des médias sociaux et la formation supplémentaire des enseignants ».

Alors qu’au cours des précédentes années, de nombreuses familles aux Etats-Unis ont porté plainte individuellement contre Meta ou Tiktok, les accusant d’être responsables de préjudices subis par leurs enfants.

Cette plainte déposée par tout un ensemble d’établissements scolaires est une première dans le pays et pointe lourdement la responsabilité des géants de la tech dans les troubles psychologiques des jeunes.