Une image contenant personne, intérieur

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 13/12/2022

Les personnes avec des troubles du spectre de l’autisme (TSA) ont un risque accru de troubles du sommeil et de dépression, rappelle Autism Research, dans une publication d’une équipe du Département de Psychiatrie et des Sciences du Comportement de l’Université de Californie (à San Francisco).

Dans un contexte où les études sur la population générale ont confirmé l’existence de « liens entre les troubles du sommeil et la santé mentale », les auteurs ont souhaité préciser, plus particulièrement chez les jeunes adultes avec TSA, l’association entre des troubles du sommeil et une symptomatologie dépressive, d’autant plus que peu d’études ont déjà évalué dans quelle mesure des problèmes de sommeil peuvent être impliqués dans les taux très élevés de dépression chez les adultes autistes.
Portant sur un échantillon de 304 adultes (âgés de 18 à 35 ans) ayant reçu un diagnostic de TSA dans l’enfance, cette étude analyse les données (autodéclarées) concernant la qualité et la durée moyenne de leur sommeil au cours de la semaine écoulée, pour rapprocher ces informations de l’évaluation de troubles dépressifs éventuels, établie à l’aide de l’outil Beck Depressive Inventory-II [1].

Pour lire la suite 🡺  JIM.fr – Dépression et TSA de l’adulte, souvent un mauvais sommeil

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com