Comparées au dépistage systématique de l’ensemble de la population de 40 à 74 ans, d’autres stratégies ciblant les personnes à haut risque d’événements cardiovasculaires semblent avoir une efficacité similaire pour un moindre coût. À l’aide d’une cohorte prospective de 26 000 personnes suivies pendant 10 ans, des chercheurs anglais en santé publique ont modélisé 7 stratégies différentes de dépistage des risques cardiovasculaires. Ils publient leurs résultats dans le British Medical Journal.

La stratégie actuelle du gouvernement anglais est de dépister l’ensemble de la population de 40 à 74 ans par un bilan cardiovasculaire approfondi. Le rapport coût-efficacité de cette mesure n’est pas connu. Les auteurs ont comparé différentes alternatives pour présélectionner les personnes à dépister. L’« European prospective Investigation of Cancer-Norfolk » est une cohorte prospective mise en place entre 1993 et 1997 dans le comté de Norfolk.

Au total, 77 000 personnes de 40 à 79 ans ont été invitées et 26 000 ont accepté de participer et ont été examinées à l’inclusion. Dans notre étude, les personnes avec des antécédents de diabète ou de maladies cardiovasculaires ont été exclues. Sur 183 586 personnes années, 1 362 évènements cardiovasculaires ont été recensés.

 
Comparé au dépistage de l’ensemble de la population, faire une présélection des personnes à haut risque grâce à des données disponibles en routine (Cambridge Diabetes risk score) permettrait d’éviter un nombre similaire d’évènements cardiovasculaires chaque année en Angleterre (26 789 [20 778 à 36 239] et 25 134 [19 450 à 34 134] respectivement). De même, le dépistage des personnes de 50 à 74 ans semble avoir une efficacité similaire. En revanche, les stratégies basées sur le tour de taille et sur le score « Finnish diabetes risk score » semblaient moins efficace.
Ces modélisations sont une aide importante pour permettre aux décideurs de mettre en place des politiques de dépistage permettant d’éviter un maximum d’évènements pour un moindre coût et moins d’anxiété souvent associée au dépistage de masse.

Dr Caroline Puech (Paris)

Références :
Chamnan P, Simmons RK, Khaw KT, Wareham NJ, Griffin SJ.
Estimating the population impact of screening strategies for identifying and treating people at high risk of cardiovascular disease: modelling study.
BMJ. 2010 Apr 23;340:c1693. doi: 10.1136/bmj.c1693.
[Retrouvez l’abstract en ligne]

Date de publication : 17-05-2010