Revue de presse Mediscoop du 17-11-2021

Dénutrition du sujet âgé : la HAS revient sur les critères diagnostiques Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Par Mme Aude Rambaud (Saint-Germain-en-Laye) [Déclaration de liens d’intérêts] –

Date de publication : 17 novembre 2021

La Haute Autorité de Santé, en partenariat avec la Fédération Française de Nutrition, vient d’actualiser ses recommandations sur la dénutrition chez les personnes âgées de 70 ans et plus.

Le diagnostic repose sur des critères cliniques et doit associer à la fois au moins un critère phénotypique et étiologique.

L’objectif est d’identifier plus précocement les personnes concernées.

La dénutrition s’accompagne d’un accroissement de la morbidité, de la perte d’autonomie et de la mortalité, quelle qu’en soit la cause.

Qui plus est, le risque de dénutrition s’accroît lui-même avec la perte d’autonomie.

Pour améliorer le diagnostic, la HAS précise les critères.

Ils sont exclusivement d’ordre clinique avec l’association d’au moins deux critères : phénotypique (relatif à l’état physique de la personne) et étiologique (une cause possible de dénutrition).

Parmi les critères phénotypiques on trouve la perte de poids ≥ 5% en 1 mois ou ≥ 10% en 6 mois ou ≥ 10% par rapport au poids habituel avant le début de la maladie, un IMC < 22 kg/m², et une sarcopénie confirmée par l’association d’une réduction de la force et de la masse musculaire.

Les critères étiologiques sont les suivants : réduction de la prise alimentaire ≥ 50% pendant plus d’une semaine ou toute réduction des apports pendant plus de deux semaines, problèmes d’absorption ou encore une pathologie aiguë ou chronique évolutive.

Une fois posé le diagnostic de dénutrition, il est recommandé de réaliser un bilan étiologique complet à la recherche de toutes les autres causes possibles de dénutrition, car l’origine est souvent multifactorielle.

La HAS expose par ailleurs trois critères de sévérité dont il faut tenir compte et rappelle que l’obésité n’exclut pas le risque de dénutrition.

Une surveillance régulière de l’état nutritionnel doit alors ensuite être instaurée, mais c’est seulement lorsque les deux critères, phénotypique et étiologique, seront améliorés que l’état de dénutrition sera considéré comme résolu.

Source : HAS, novembre 2021
Diagnostiquer plus précocement la dénutrition chez la personne âgée de 70 ans et plus

Retrouvez les recommandations en ligne