Publié le 08/10/2021

« Nous sommes aussi des sujets à risque » : sous ce titre, la Revue canadienne de Psychiatrie résume les effets disparates de la Covid-19 sur la santé mentale des plus jeunes générations, alors que les projecteurs restent surtout braqués sur leurs aînés, considérés en général comme les plus vulnérables pour la pandémie.

Mais comme cette maladie peut frapper en pratique toutes les classes d’âge, il est essentiel de comprendre les différences inter-générationnelles de ses effets psychosociaux, notamment pour identifier les cibles d’intervention et de prévention appropriées.

Analysant les données d’enquêtes conduites au Canada (entre mars et mai 2020) sur l’impact de la Covid-19 et ses répercussions sur la santé mentale des Canadiens, les auteurs examinent en particulier les comportements de santé adaptés et inadaptés, les différences de taux d’anxiété et de préoccupations liées à la Covid-19 durant la Première vague affrontée par la population canadienne en 2020.

Répartis par groupes d’âge, les participants à cette étude ont déclaré eux-mêmes leurs changements de comportement et leurs préoccupations en rapport avec la Covid-19 et les auteurs ont évalué par une mesure validée des symptômes d’anxiété.

Et plus de précautions pour la génération X !

On constate l’existence de différences générationnelles dans les réponses comportementales à la pandémie : les habitudes sanitaires adaptées (comme l’exercice physique) sont « comparables » entre les groupes d’âge, tandis que les changements d’habitudes sanitaires inadaptées (par exemple la consommation de drogues) se révèlent « plus élevés chez les groupes plus jeunes, particulièrement les 15-34 ans (génération dite Y ou des « milléniaux »)[1] qui présentent aussi le taux le plus élevé d’anxiété cliniquement significative (36 %) et d’anxiété grave (15,7 %).

Les précautions relatives à la pandémie de Covid-19 sont aussi les plus élevées parmi les jeunes générations, les sujets de 35 à 54 ans (dite génération X) [1] affichant le taux le plus élevé de comportements de précaution.

Les auteurs estiment ces constats importants pour l’appréciation des groupes à risque, vu la nature imprévisible de la pandémie et ses conséquences possibles à long terme.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_Y & https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_X

Dr Alain Cohen

RÉFÉRENCE: El-Gabalawy R et coll.: “We are at risk too”: The disparate mental health impacts of the pandemic on younger generations. Canadian J Psy 2021, vol. 66(7); 634-644.

Copyright © http://www.jim.fr

Covid : d’avantage d’ados suicidaires aux urgences pédiatriques

Covid-19 : une si grande anxiété