Publié le 15/09/2020

L’HTA du diabétique met le rein à rude épreuve et son traitement se doit d’être le plus efficace possible, a fortiori quand survient une albuminurie. Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) trouvent là une indication privilégiée, encore qu’il n’existe aucun consensus sur la place des autres classes thérapeutiques.

Les inhibiteurs calciques (IC), pour leur part, sont largement utilisés dans le traitement de l’HTA, mais leur effet sur l’albuminurie du patient diabétique reste mal connu, voire controversé.

Une revue systématique de la littérature internationale permet d’en savoir plus. Les bases de données suivantes ont été mises à contribution : MEDLINEEMBASECENTRAL et ClinicalTrials.gov. C’est ainsi qu’ont été sélectionnées 29 essais randomisés comparant IEC versus IC et regroupant 2 113 patients atteints à la fois d’un diabète et d’une hypertension artérielle.

Dans tous les cas, il existait une albuminurie (≥30 mg/24 heures) préexistant au traitement antihypertenseur. La synthèse des données recueillies par deux investigateurs indépendants a été faite dans le cadre d’une méta-analyse à effets aléatoires.

Avantage modeste aux IEC

Les IEC ont permis de réduire un peu plus l’albuminurie des 24 heures que les IC, la différence moyenne standardisée étant en effet estimée à -0,442 (intervalle de confiance à 95 %, -0,660 à -0,225 ; p < 0,001). Ce résultat s’est avéré indépendant de la baisse de la pression artérielle induite par les antihypertenseurs. Aucune différence entre les deux classes thérapeutiques quant à l’évolution de la fonction rénale.

Cette méta-analyse plaide en faveur de la supériorité des IEC sur les IC dans le traitement de l’HTA du diabétique, si le critère d’efficacité est la diminution de l’albuminurie. La différence est cependant modeste et insuffisante pour conclure à un bénéfice clinique supérieur avec les IEC.

Le choix de l’une ou l’autre des deux classes thérapeutiques face à cette situation fréquente en pratique courante ne saurait reposer sur cette seule notion : il est de fait tributaire d’autres facteurs tels la sévérité de l’HTA, l’état de la fonction rénale ou encore les effets indésirables propres à chacune d’entre elles. Cette méta-analyse a le mérite de répondre à une question souvent posée sans pour autant déboucher sur des schémas thérapeutiques nouveaux…

Dr Joseph Miller

RÉFÉRENCE: Cativo EH et coll. : The effect of calcium channer Blockers on moderate or severe albuminuria in diabetic, hypertensive patients : A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized, Controlled Trials. Am J Med 2020 ; publication avancée en ligne le 6 juillet. DOI: 10.1016/j.amjmed.2020.05.039.

Copyright © http://www.jim.fr

L’hypoalbuminémie signe un mauvais pronostic rénal dans la néphropathie diabétique