Actualités  –  publiée le 7/07/2021 par Équipe de rédaction Santélog

Chinese Medical Journal

Les lipides sanguins sont bien liés au risque de cancer, mais, très probablement, en fonction aussi de l’existence ou non d’antécédents familiaux (Visuel Adobe Stock 99155917).

De nombreuses personnes effectuent des bilans lipidiques de routine, mais la plupart des médecins se concentrent sur le risque de maladie cardiovasculaire.

Mais si la modification des taux de lipides sériques était un signe de tumeurs malignes ?

Ces médecins de l’Université de Pékin apportent une première réponse : les lipides sanguins sont bien liés au risque de cancer, mais, très probablement, en fonction aussi de l’existence ou non d’antécédents familiaux.

Précisément, ils démontrent ici, dans le Chinese Medical Journal, que l’association entre les lipides sériques et le risque de lésions œsophagiennes malignes est influencée par les antécédents familiaux de cancer de l’œsophage.

Les biomolécules de graisse dans le sang ou « lipides sériques » jouent un rôle important dans le métabolisme des graisses et font partie intégrante du fonctionnement normal de l’organisme. Cependant, ces lipides sanguins peuvent exercer un effet nocif, suggéré par leurs associations avec différents cancers. Si la communauté médicale et les scientifiques devront mener de nombreuses recherches avant de vraiment comprendre les implications des lipides sériques dans le cancer, cette étude révèle toute l’importance de l’histoire familiale de cancer dans cette association possible entre lipides sériques et risque de lésions cancéreuses. En d’autres termes, l’association semble médiée par des facteurs génétiques.

Les antécédents familiaux ou facteurs génétiques semblent médier l’association

Les médecins chinois ont analysé les données de l’essai « Endoscopic Screening for Esophageal Cancer in China »,  qui comprenait l’analyse des lipides sériques comme le cholestérol total, les triglycérides, le cholestérol LDL et le cholestérol HDL chez 211 participants présentant des lésions œsophagiennes malignes et chez 2101 témoins exempts de cancer. L’analyse montre que :

  • chez les participants ayant des antécédents familiaux de cancer de l’œsophage, et chez ces participants seulement, des taux élevés de cholestérol total et de cholestérol LDL sont liés à un risque significativement plus élevé de développer des lésions œsophagiennes malignes ;
  • en cas d’absence de tels antécédents familiaux, une association négative est identifiée entre les mêmes paramètres.

L’auteur principal, le Dr Yang Ke du Laboratoire clé de cancérogenèse et de recherche translationnelle de l’Université de Pékin résume ces résultats : « Nous avons découvert que l’association des lipides sériques et des lésions œsophagiennes malignes peut être modifiée par les antécédents familiaux de cancer de l’œsophage. Cette découverte apporte de nouvelles connaissances sur l’intérêt de la biologie des lipides sériques dans la détection du risque de cancer ».

En pratique, des patients avec antécédents familiaux de cancer -ici de l’œsophage- auraient intérêt au suivi des niveaux de lipides sériques dans le cadre d’une surveillance du risque cancer.

Le mécanisme génétique qui médie cette association mérite une enquête plus approfondie, concluent les auteurs, mais ces travaux appellent à mieux cerner le rôle complexe des lipides sériques, et en particulier du cholestérol, dans la carcinogenèse.

« Les signes prédictifs du cancer peuvent être détectables dans notre sang, à plus d’un titre ! »

Source: Chinese Medical Journal DOI : 10.1097/CM9.0000000000001432 Family history of esophageal cancer modifies the association of serum lipids and malignant esophageal lesions: a nested case-control study from the “Endoscopic Screening for Esophageal Cancer in China” trial

Lire aussi : CHOLESTÉROL et CANCER : Un métabolite du cholestérol induit des vésicules cancérigènes