Par Philippe Arvers

Deux personnes discutent en fumant une cigarette et en buvant de l'alcool. Profession Santé logo 24/05/2022

Tabac, alcool et autres drogues… Ils modifient notre épigénome. (Photo Getty Images)

Les dépendances, qui se caractérisent par la perte de contrôle vis-à-vis d’un produit ou d’un comportement, sont un des problèmes majeurs des sociétés contemporaines.

Le phénomène est complexe… Leur origine notamment, leur étiologie, est multifactorielle: il faut qu’un individu rencontre un produit dans un contexte socio-environnemental donné, selon le modèle bio-psycho-social.

Longtemps sous-estimé, cet aspect multifactoriel commence à être mieux saisi et la diversité des causes appréhendée.

Ressortent désormais des facteurs inattendus et longtemps mal compris – notamment au niveau de la génétique:

« Un grand nombre de facteurs individuels, culturels, biologiques, sociaux et environnementaux convergent pour augmenter ou diminuer la probabilité qu’un individu particulier consomme une certaine quantité d’une substance psychoactive donnée…

D’autres affections, dites à déterminisme complexe, semblent être provoquées par l’interaction de plusieurs gènes et de facteurs environnementaux. La dépendance est l’une d’elles.» (Rapport de l’OMS «Neurosciences: usage de substances psychoactives et dépendance», publié en 2004)

« Des facteurs environnementaux et génétiques contribuent aux différences interindividuelles dans la vulnérabilité à initier une consommation, ou à devenir abuseur ou dépendant de divers toxiques », pointait en 2008 le psychiatre, spécialiste de la génétique des comportements, Philip Gorwood

Pour lire la suite 🡺 Ces substances sont capables de provoquer des altérations de l’ADN | Profession Santé (professionsante.ca)

Ou écrivez – moi à  contact@gacougnolle.com