Source:

Ce que boivent les adolescents influe sur la qualité de leur régime !

  Publié le 04/09/2014

En raison de la progression de l’obésité, il est d’importance majeure d’identifier les facteurs de l’obésité abdominale qui est corrélée au risque cardiométabolique. Les choix alimentaires des adolescents laissent leur empreinte sur les habitudes diététiques des adultes.

La consommation de boissons sucrées en particulier a un impact sur l’équilibre alimentaire et augmente le risque de carences en vitamines, fibres et oligo-éléments.

Des chercheurs en nutrition espagnols ont conduit une étude multicentrique sur les habitudes alimentaires entre 2 et 24 ans. Dans ce cadre, 1 149 sujets de 10-18 ans ont répondu à domicile à une enquête sur l’alimentation au cours d’une journée, à la maison ou non et menée à l’aide d’ustensiles permettant de mesurer l’importance des portions consommées.

Les boissons caloriques ont été classées en 3 groupes en fonction de leur valeur énergétique et de leurs qualités nutritionnelles : a) lait entier b) lait écrémé ou semi écrémé (graisses 2 %), c) boissons sucrées, jus de fruits et légumes, commerciaux ou naturels. Un questionnaire complémentaire à 16 items a estimé l’adhésion au régime méditerranéen, les résultats étant cotés de -4 à +12. Les poids, tailles et périmètres abdominaux ont été mesurés.

En moyenne, les boissons caloriques, non alcooliques représentaient 9,8 % (210 kcal) de l’énergie consommée. Le lait entier était la principale boisson consommée par 62,5 % des garçons et 57,8 % des filles mais les jus de fruit étaient en première place pour 20,1 % des garçons et 21,4 % des filles. Le pourcentage d’énergie apportée par la totalité des boissons était chez les garçons de 10,4 % dans le groupe lait entier dont 8,6 % par ce lait, 7,6 % dans le groupe lait écrémé (5,8 % par ce lait) et 15,6 % dans le groupe boissons sucrées (8,6 % par ces boissons) et respectivement pour les filles 10,6 % (dont 8,4 % par le lait entier), 9,5 %  (dont 6,8 % par le lait écrémé), 14,1 % (dont 8 % par les boissons sucrées).

Le groupe boissons sucrées avait les apports les plus bas en fibres, acide folique et magnésium. Le suivi d’un régime méditerranéen augmentait chez les filles de 14 % la probabilité statistique d’appartenir au groupe lait écrémé en comparaison du groupe lait entier et diminuait de 11 % la probabilité d’appartenir au groupe boissons sucrées. Les garçons du groupe boissons sucrées avaient davantage de risque d’avoir un IMC et un périmètre abdominal plus élevé que le groupe lait entier.

En conclusion, l’ingestion de boissons sucrées paraît en relation directe avec l’augmentation de l’adiposité chez ces garçons espagnols

Pr Jean-Jacques Baudon

Références: Schröder H et coll. : Caloric beverage drinking patterns are differentially associated with diet quality and adiposity among Spanish girls and boys. Eur J Pediatr 2014;173:1169-77

Copyright © http://www.jim.fr