Actualités  –  publiée le 21/06/2021 par Équipe de rédaction Santélog

Cell Metabolism

In vitro des tumeurs se dissolvent en quelques jours sous l’action d’un omega-3 bien connu (Visuel Adobe Stock 246020888)

In vitro des tumeurs se dissolvent en quelques jours sous l’action d’un omega-3 pourtant bien connu, l’acide docosahexaénoïque (DHA), un acide gras polyinsaturé présent en forte concentration dans le poisson.

Cette découverte, presqu’incroyable, d’une équipe de Université catholique de Louvain, qui publie dans la revue Cell Metabolism, ajoute un bénéfice inespéré à ce “bon” acide gras, déjà documenté pour son importance dans le fonctionnement cérébral, et la régulation de l’inflammation.

L’omega-3 DHA s’avère donc également associé à une diminution de l’incidence du cancer.

L’équipe belge décrypte tout le mécanisme biochimique qui permet à cet acide gras de freiner la croissance tumorale.

C’est une avancée majeure dans la prévention des cancers par l’alimentation.

Une équipe d’oncologues, dirigée par Olivier Feron, avait déjà montré que les cellules tumorales remplacent le glucose par les lipides pour se multiplier.

Ces cellules quittent ensuite la tumeur d’origine pour métastaser.

Rejoints par une autre équipe de bioingénieurs de l’UC Louvain, dirigée par Yvan Larondelle, spécialisée dans les sources lipidiques alimentaires, les oncologues ont cherché à évaluer le comportement des cellules tumorales en présence de différents acides gras.

Des comportements cellulaires opposés en fonction du type d’acides gras

L’équipe montre que ces cellules tumorales répondent de manière diamétralement opposée en fonction de l’acide gras qu’elles absorbent.

Certains acides gras stimulent la croissance tumorale d’autres pas.

C’est le cas de l’omega-3 DHA, qui tue les cellules cancéreuses.

L’étude, d’abord in vitro, basée sur un système de culture de cellules tumorales en 3D, des sphéroïdes, montre qu’en présence de DHA, ces sphéroïdes croissent d’abord et puis implosent.

Ce processus est confirmé in vivo, chez des souris modèles de tumeurs nourries avec un régime enrichi en DHA et dont le développement tumoral s’en trouve ralenti.

Quel processus ?

L’excès de DHA absorbé spontanément par les cellules cancéreuses s’oxyde et cette oxydation entraîne la mort des cellules.

Un phénomène ou type de mort cellulaire liée à la peroxydation de certains acides gras, bien connu et appelé ferroptose.

En utilisant un inhibiteur du métabolisme des lipides qui empêche la formation des gouttelettes lipidiques, ou le mode de stockage habituel de ces acides gras, les chercheurs constatent que ce phénomène est encore amplifié.

Ce constat ouvre la voie à de nouvelles options thérapeutiques.

Ces nouvelles données confirment le grand intérêt de l’omega-3 DHA dans la prévention et probablement le traitement des cancers.

Les auteurs rappellent les apports recommandés de DHA chez l’adulte, soit 250 mg par jour- alors que nos régimes occidentaux ne nous apportent en moyenne que 50 à 100 mg par jour.

Source: Cell Metabolism 11 June 2021 DOI : 10.1016/j.cmet.2021.05.016 Peroxidation of n-3 and n-6 polyunsaturated fatty acids in the acidic tumor environment leads to ferroptosis-mediated anticancer effects

Plus sur les Omega-3 sur Nutrition Blog