Santé Canada vient d’approuver le médicament Lynparza (olaparib) en tant que traitement adjuvant du cancer du sein précoce à haut risque HER2 négatif.

Par Mathieu Ste-Marie

une femme consulte son oncologue Profession Santé logo  11/08/2022

Selon le fabricant de LynparzaMD, AstraZeneca, il s’agit du seul médicament approuvé ciblant les mutations germinales des gènes BRCA en présence d’un cancer du sein précoce à haut risque.

La présence d’une mutation germinale d’un gène BRCA doit d’abord être confirmée avant de commencer ce traitement chez les patientes, précise le fabricant.
Le Lynparza cible les cellules et les tumeurs présentant un déficit de recombinaison homologue (DRH), par exemple les mutations des gènes BRCA1 et BRCA2, et exploite le principe de l’activation en réaction aux altérations de l’ADN tumoral pour tuer les cellules cancéreuses de manière sélective.

Pour le Dr Jamil Asselah, oncologue au Centre universitaire de santé McGill, cette approbation marque une étape importante pour ces «patientes souvent confrontées à une forme plus agressive de cancer, dans la mesure où ce traitement leur offre une option qui peut être utilisée à un stade précoce de la maladie», souligne-t-il dans le communiqué du fabricant.

Ce dernier ajoute que l’analyse des gènes BRCA permet aujourd’hui de savoir quelles patientes pourraient tirer des bienfaits de ce traitement ciblé…
Selon une étude canadienne publiée en 2018, plus de 94% des cancers du sein sont décelés à un stade précoce au Canada.  Malgré les progrès réalisés dans le traitement du cancer du sein au stade précoce, jusqu’à 30% des patientes présentant des caractéristiques cliniques et pathologiques à risque élevé connaissent une récurrence dans les quelques années qui suivent, indique AstraZeneca.

Pour lire la suite 🡺 Cancer du sein: un nouveau traitement adjuvant approuvé par Santé Canada | Profession Santé (professionsante.ca)

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com