Une image contenant horloge

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 05/12/2022

C’est une nouvelle contribution majeure qui vient d’être publiée dans la revue Cancer Discovery par cette équipe hollandaise, qui confirme le rôle de notre horloge biologique dans le cancer de la prostate en montrant que le gène BMAL1 est associé à la progression.

Une autre étude avait déjà montré que CRY-1, un autre gène de l’horloge biologique, expliquerait la résistance à l’hormonothérapie en optimisant la réparation de l’ADN des cellules tumorales.

Ce qui fait de ces gènes des cibles thérapeutiques de premier plan.

Dans le cancer de la prostate, les agents ciblant le récepteur des androgènes (AR) sont très efficaces mais il vient un moment où survient une résistance au mécanisme encore mal connu.

Pour l’expliquer, certains experts ont émis l’hypothèse que les rythmes circadiens pouvaient aider la cellule tumorale à contourner la déprivation androgénique.

L’hypothèse tient la route quand on sait que la prévalence de certains cancers (poumon, vessie, côlon, pancréas) est plus importante chez des travailleurs de nuit dont l’horloge est dérégulée.

C’est aussi le cas dans le cancer de la prostate où l’expression des androgènes est modulée par notre horloge biologique.

Une première découverte majeure

C’est l’identification du gène CRY-1 qui joue un rôle déterminant dans les rythmes circadiens et est présent à des niveaux élevés dans les cancers de la prostate de stade avancé.

Il a été significativement associé à une progression tumorale par un mécanisme d’une redoutable efficacité.

Alors que les traitements conventionnels visent à endommager l’ADN des cellules tumorales et provoquer des erreurs dans les mécanismes de réparation, le gène CRY-1 agit en optimisant la réparation de l’ADN tumoral dans des modèles animaux de cancer de la prostate et dans des cultures de cellules tumorales prostatiques.

Plus important encore, le taux de CRY-1 s’élève proportionnellement à l’ampleur des dégâts à l’ADN.

Ce qui expliquerait pourquoi l’hormonothérapie devient inefficace à des stades avancés.

La cellule tumorale protégée

Pour lire la suite 🡺 JIM.fr – Cancer de la prostate en progression : le secret maléfique de l’horloge biologique

Ou m’écrire à 🡺 gacougnolle@gmail.com