Actualités –  publiée le 26/08/2021 par Équipe de rédaction Santélog

BMC Public Health

Une exposition plus faible aux rayons UVB peut augmenter le risque de cancer colorectal, en particulier chez les personnes plus âgées (Visuel Adobe Stock 265162640)

Une exposition plus faible aux rayons UVB peut augmenter le risque de cancer colorectal, en particulier chez les personnes plus âgées, conclut cette équipe d’épidémiologistes et de cancérologues de l’Université de Californie à San Diego.

L’étude a regardé les associations possibles entre les niveaux mondiaux de lumière UVB et les taux de cancer colorectal pour différents pays et groupes d’âge.

Ces nouvelles données, publiées dans la revue BMC (Biomed Central) Public Health suggèrent que cette association entre moindre exposition aux UVB et risque accru de cancer colorectal pourrait être médiée par les niveaux de vitamine D. Ces travaux appellent ainsi à des recherches supplémentaires.

En regard de l’incidence en hausse du cancer colorectal, qui atteint 1,4 million de cas chaque année dans le monde, ce qui représente environ 15 % de l’incidence totale des cancers, il est essentiel de comprendre les facteurs, en particulier évitables, qui peuvent influer même de manière marginale sur le risque, en particulier dans les groupes d’âge les plus touchés.

Moins d’UVB c’est un risque augmenté de cancer colorectal

L’analyse des données d’exposition aux UVB dans 186 pays sur une année complète (2017) et d’incidence du cancer colorectal, également sur 1 année (2018), constate que :

  • Une exposition plus faible aux UVB est significativement corrélée à des taux plus élevés de cancer colorectal dans tous les groupes d’âge de 0 à plus de 75 ans chez les personnes vivant dans les 186 pays inclus dans l’étude ;
  • L’association entre la baisse des UVB et le risque de cancer colorectal reste significative pour les personnes de plus de 45 ans après prise en compte de facteurs de confusion possibles, tels que la pigmentation de la peau, l’espérance de vie et le tabagisme.

Les données sur ces facteurs de confusion étaient disponibles pour 148 des 186 pays.

L’hypothèse de la vitamine D : les chercheurs suggèrent qu’une exposition plus faible aux UVB peut réduire les niveaux de vitamine D.

Une carence en vitamine D a en effet déjà été associée à un risque accru de cancer colorectal.

Cependant d’autres recherches doivent examiner les avantages possibles d’une correction des carences en vitamine D, en particulier dans les groupes plus âgés, selon les auteurs.

Ces travaux concluent en effet que les différences de lumière UVB représentent une grande partie de la variation observée dans les taux de cancer colorectal, en particulier chez les personnes de plus de 45 ans.

Ces personnes pourraient peut-être réduire leur risque de cancer colorectal en corrigeant leur exposition et leur carence en vitamine D.

Les auteurs avertissent que d’autres facteurs peuvent affecter l’exposition aux UVB et les niveaux de vitamine D, tels que les suppléments de vitamine D, les vêtements, et la pollution de l’air, qui n’ont pas été inclus dans l’étude.

Des travaux supplémentaires seront nécessaires pour comprendre plus en détail la relation entre les UVB, la vitamine D et le cancer colorectal.

Source: BMC Public Health 05 July 2021 DOI : 10.1186/s12889-021-11089-w Could age increase the strength of inverse association between ultraviolet B exposure and colorectal cancer?

Plus sur la Vitamine D