Source: Quotidien du Medecin

 

du 08/04/2010  N° 8745

Des épidémiologistes canadiens ont jeté un froid dans le milieu scientifique. En s’appuyant sur quatre études observationnelles, l’équipe dirigée par Danuta Skowronski (Vancouver) en collaboration avec les investigateurs provinciaux du Québec, de l’Ontario et d’Alberta, vient en effet de montrer que le vaccin trivalent inactivé saisonnier ne protégeait pas du virus pandémique H1N1. Bien au contraire.

La vaccination saisonnière s’est révélée être, au Canada, cet hiver, un facteur favorisant de grippe pandémique H1N1. Selon l’étude principale, The Canadian sentinel study, le vaccin trivalent augmenterait en effet le risque de la nouvelle grippe d’un facteur 1,03 à 2,74. Les résultats restent néanmoins controversés. De l’aveu même des auteurs, en raison des biais des études d’observation, des travaux complémentaires sont nécessaires avant de pouvoir les valider.

› Dr I. D.

« PLoS Medicine », avril 2010, volume 7, issue4.

Quotimed.com, le 08/04/2010