Une image contenant personne, pieds

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement Publié le 24/12/2021

Les survivants d’un arrêt cardiaque extrahospitalier (ACEH) constituent un groupe de patients plus jeunes et présentant moins de comorbidités que les non-survivants.

Peu d’études ont évalué les résultats fonctionnels à long terme, y compris neurologiques et cardiovasculaires, chez ces patients ayant survécu à un ACEH.

Leurs risques à long terme d’AVC, de fibrillation ou de flutter auriculaire (FA), de syndrome coronarien aigu (SCA) et d’insuffisance cardiaque (IC) sont inconnus.

Lacune comblée par ce travail qui a étudié de 2001 à 2015, ces risques de survenue à 5 ans par rapport à une population témoin appariée selon l’âge et le sexe.

Pour ce faire, les survivants à 30 jours d’un ACEH sans antécédents (ou au cours des 30 jours suivant l’arrêt cardiaque) d’AVC, de FA, de SCA ou d’IC et une population témoin dépourvue de tels antécédents, ont été identifiés à l’aide de registres nationaux danois.

Les risques à cinq ans de survenue de ces pathologies, normalisés en fonction des distributions de l’âge, du sexe et des comorbidités parmi les survivants d’un ACEH et les témoins, ont été obtenus par régression multivariable.

Du 1er juin 2001 au 31 décembre 2015, une RCP a été tentée chez 48 868 Danois en ACEH (pour une population de 8,5 millions d’habitants).

Parmi eux, 4 362 (8,9 %) survivaient à J30.

Parmi ces survivants, 1 063 n’avaient pas eu de diagnostic d’AVC, de FA, de SCA ou d’IC avant l’ACEH, ni au cours des 30 jours suivant l’ACEH.

Douze de ces personnes n’ont pas pu être appariées.

Par conséquent, la population finale de l’étude comprend 1 051 patients appariés à un total de 5 255 témoins de la population en utilisant l’âge, le sexe et le moment de l’ACEH comme variables d’appariement.

Nécessité d’un suivi cardiovasculaire renforcé pendant plusieurs années

Les risques absolus à cinq ans pour les survivants d’un ACEH par rapport aux témoins étaient les suivants : AVC : 6,3 % [intervalle de confiance à 95 % IC 95 % = 4,1 – 8,5] vs 2,0 % [1,6-2,5], FA : 7,9 % [5,7 – 10,2] vs 2,6 % [2,1 – 3,1], SCA : 5,0 % [3,2 – 6,8] vs 1,5 % [1,1-1,9] et IC : 12,7 % [10,1 – 15,4] vs 1,2 % [0,9-1,6], respectivement.

Les risques relatifs correspondants étaient de 3,18 [IC 95 % 1,76 – 4,61] pour l’AVC, 3,03 [1,93 – 4,14] pour la FA, 3,23 [1,69-4,77] pour le SCA et 10,40 [6,57-14,13] pour l’IC.

Ces résultats préoccupants indiquent que les survivants d’un ACEH continuent de présenter un risque élevé d’événements cardiovasculaires.

Par conséquent, un suivi clinique et des mesures préventives sont justifiés afin d’améliorer potentiellement les résultats cardiovasculaires à long terme.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

RÉFÉRENCE : Byrne C et coll. : Increased 5-year risk of stroke, atrial fibrillation, acute coronary syndrome, and heart failure in out-of-hospital cardiac arrest survivors compared with population controls: A nationwide registry-based study. Resuscitation, 2021, 169: 53-59. doi.org/10.1016/j.resuscitation.2021.10.024.

Copyright © http://www.jim.fr

Arrêt cardiaque hors de l’hôpital : les femmes s’en sortiraient moins bien