Actualités  –  publiée le 10/09/2020 par Équipe de rédaction Santélog

Science Advances

Ces travaux qui décryptent la réponse à ces AVC, qui frappent un bébé sur 4.000 au cours du premier mois de vie, mettent aussi en lumière le développement des défenses immunitaires du cerveau (Visuel Fotolia 109334301)

Les AVC chez les bébés sont étonnamment courants, et ce phénomène peu connu est ici mis en exergue par des neuropédiatres de l’Université de Virginie qui nous expliquent, dans la revue Science Advances, comment le corps se précipite à la rescousse. Ces travaux qui décryptent la réponse à ces AVC, qui frappent un bébé sur 4.000 au cours du premier mois de vie, mettent aussi en lumière le développement des défenses immunitaires du cerveau.

Les AVC néonatals sont des interruptions du flux sanguin vers le cerveau du bébé au cours des 28 premiers jours qui suivent la naissance. Ces accidents vasculaires cérébraux ont une grande variété de causes, des caillots sanguins aux anomalies du développement.

Les symptômes courants comprennent des convulsions et une somnolence extrême, bien que dans certains cas, il n’y ait aucun symptôme. Bien plus tard dans la vie, certains enfants peuvent développer des difficultés d’élocution et des problèmes d’équilibre.

Les défenseurs de première ligne du cerveau sont des cellules immunitaires connues sous le nom de microglie. Ces cellules représentent 10% à 15% de toutes les cellules présentes dans le cerveau.

Des monocytes sanguins à la microglie

Jusque récemment, on pensait que les monocytes sanguins n’entrent dans le cerveau qu’en cas de blessure, provoquent des dommages, puis meurent ou quittent le cerveau. Le chercheur principal, le Dr Chia-Yi “Alex” Kuan, du département de neurosciences de l’Université de Virginie rectifie : « Nos travaux montrent que de nombreuses cellules microgliales sont en fait issues de monocytes sanguins, convertis à la fois durant le développement normal et en cas de lésion cérébrale du nouveau-né ».

De nombreux monocytes se transforment en microglie : ici, l’équipe montre qu’une grande partie de ces cellules microgliales étaient auparavant des globules blancs connus sous le nom de monocytes. Pour comprendre les origines des défenses immunitaires du cerveau, l’équipe a dû développer un nouveau type de laboratoire innovant qui a justement permis de retracer les origines de la microglie dans le cerveau de souris de laboratoire.

Les chercheurs ont ainsi découvert, avec surprise, que de nombreux monocytes se transforment en microglie au cours du développement du cerveau.

Les monocytes viennent à la rescousse lors d’un AVC néonatal : en cas d’AVC du nouveau-né, se produit un afflux initial de monocytes, qui deviennent progressivement de la microglie. Cet afflux et cette conversion dure au moins 62 jours après la lésion cérébrale. Certains de ces monocytes sont finalement reprogrammés pour rejoindre le système immunitaire du cerveau.

Cette découverte apporte encore à la compréhension, toute récente, de la relation entre le cerveau et le système immunitaire. Elle pose néanmoins la question des effets à long terme de la microglie issue des monocytes en réponse à l’AVC cérébral : peut-elle de nuire au développement cérébral des nourrissons touchés par l’AVC en entraînant des déficits neurologiques ? Serait-il bénéfique de cibler ces monocytes « convertis » pour améliorer les résultats des lésions cérébrales chez les nouveau-nés ?

Autant de questions fascinantes pour cette équipe qui envisage de nouvelles recherches pour mieux prendre en charge ces lésions cérébrales du nouveau-né.

Source: Science Advances 26 Aug 2020 DOI: 10.1126/sciadv.abb2119 Fate mapping via CCR2-CreER mice reveals monocyte-to-microglia transition in development and neonatal stroke