ALLERGOLOGIE  –  Par Brigitte Blond le 20-05-2022

Une image contenant terrain, personne, extérieur

Description générée automatiquement egora.fr

Les allergologues souhaitent de nouvelles recommandations sur la prise en charge de l’anaphylaxie de l’enfant de façon à ré­pondre à plusieurs problématiques.

Le phénotype clinique des nourrissons victimes d’une anaphylaxie est spécifique, bien différent de celui de l’adulte, et les critères diagnostiques mériteraient d’être définis à leur mesure : pleurs, hoquet, irritabilité, voix rauque, geignements doivent alerter, a fortiori s’ils sont associés.

La mise à disposition d’une adrénaline de plus faible dosage (100 µg) avec un dispositif doté d’aiguilles plus fines est souhaitée, à l’instar de ce qui existe aux Etats-Unis.

Espérée encore, une définition plus consensuelle, à l’échelle mondiale, des grades de sévérité. 

« Par ailleurs, a regretté le Dr Guillaume Pouessel, Service de pédiatrie au CH de Roubaix, et Unité de pneumo-allergologie pédiatrique au CHRU de Lille lors du récent Congrès Francophone d’Allergologie (19-22 avril, Paris), si l’adrénaline est le traitement de référence, il manque des preuves scientifiques, de pharmacocinétique notamment, sur la façon dont le médicament agit en situation d’anaphylaxie ».

Par ailleurs, la Société Française d’allergologie (SFA) et la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR) travaillent conjointement à l’actualisation des recommandations cliniques pour la prise en charge des accidents anaphylactiques péri-opératoires.

Les experts souhaitent en particulier : la mise à disposition d’auto-injecteurs dans les établissements de second degré, l’actualisation de la conduite à tenir en cas d’anaphylaxie et de la circulaire PAI.

Enfin, une compréhension plus fine des mécanismes physiopathologiques des patients à haut risque en fonction de leur phénotype et leur biologie, notamment pour les anaphylaxies au venin et aux médicaments, permet d’envisager d’autres propositions de traitement.

Sources :  D’après la communication du Dr Guillaume Pouessel, (CH de Roubaix, et CHRU de Lille), lors de la 17è édition du Congrès Francophone d’Allergologie (du 19 au 22 avril 2022 à Paris)

Le jour où j’ai dû gérer un choc anaphylactique à la glafénine 

Une image contenant herbe, tasse, extérieur, vert

Description générée automatiquementChez les enfants d’âge scolaire, le lait de vache est la cause la plus fréquente d’anaphylaxie mortelle