Actualités Voile

VIDÉO. RORC. Avarie de safran sur Maserati. Giovanni Soldini : « On prend de gros risques ! »

Accueil Course au large  RORC

Le MOD70 Maserati actuellement troisième sur la course RORC Transatlantic Race a subi jeudi une avarie de safran suite au choc avec un OFNI.

À 500 milles de l’arrivée, son skipper, Giovanni Soldini, explique les dangers de naviguer avec un seul safran alors que l’autre MOD70, Argo, premier au classement MOCRA est lui aussi privé de l’un de ses safrans.

Une image contenant eau, bateau, extérieur, rouge

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

Le safran bâbord de Maserati a été endommagé lors du choc avec un OFNI. | GIOVANNI SOLDINI

Voiles et Voiliers. Publié le 14/01/2022 à 17h09

Voici la traduction des propos de Giovani Soldini de la vidéo :

« Notre course a été marquée pour nous par une grosse avarie du safran bâbord.

Malheureusement, le fusible de déhookage de safran n’a pas été suffisant.

L’OFNI a percuté le safran si violemment, que cela a conduit à la casse de la bague.

Nous devrons donc réparer ça à terre ».

Risque est de chavirer

« Nous avons appris que notre concurrent Argo avait un problème similaire au nôtre.

Ils naviguent donc aussi avec un safran en moins.

Naviguer avec un seul safran signifie prendre de gros risques.

Quand le bateau décolle et qu’il n’y a plus de safran, le risque est de chavirer.

Ces derniers jours ont été très intenses.

À présent, nous sommes pratiquement en route directe jusqu’à la ligne d’arrivée.

Il nous reste moins de 1 000 milles à parcourir et nous allons jouer jusqu’à la fin. »

LA VIDÉO CI-DESSOUS :

https://www.facebook.com/watch/?v=497012511855558

VOIR AUSSI :

RORC Transatlantic. Suspense et météo complexe à mi-parcours pour les 29 bateaux de la course
VIDÉO. Navigation violente à bord de Maserati sur la RORC : « Tenir assis est un challenge »

Crédit vidéo : G.SOLDINI / Team Maserati

RORC GIOVANNI SOLDINI MASERATI AVARIE 70

VIDÉO. Tour du monde à l’envers. Pilliard et Pella font marche arrière pour se débarrasser d’algues

Accueil Course au large  tour du monde

Romain Pilliard et Alex Pella ont effectué hier jeudi une marche arrière sur leur trimaran Use It Again pour se débarrasser d’algues coincées dans leur safran.

Alors qu’ils naviguaient au Sud du Cap Vert, les deux navigateurs qui ont entamé la semaine dernière depuis Lorient une tentative de tour du monde d’Est en Ouest se sont retrouvés encalminés à l’approche du pot au noir avec des algues coincées dans leur appendice.

Unique solution : la marche arrière… qu’ils effectuent dans cette vidéo.

Une image contenant texte, ciel, extérieur, navire de navigation

Description générée automatiquement

Use It Again ! | ROMAIN PILLIARD / USE IT AGAIN

Voiles et Voiliers. Publié le 14/01/2022 à 09h45

Pour suivre cette tentative de record en direct. Cartographie

Avec les OFNI, les algues coincées dans la quille ou le safran sont devenues la terreur des skippers de course au large, qu’ils naviguent en trimaran Ultim comme en Figaro 3 comme au cours de la dernière Transat Ag2r durant laquelle les concurrents avaient dû lutter jour et nuit contre les sargasses.

Avec des caméras sous-marines placées à l’avant de leur quille par exemple, les skippers peuvent désormais surveiller en direct la quantité d’algues coincées au-dessus de leur bulbe mais pour s’en débarrasser, c’est une autre affaire.

Certains plongent, d’autres ont inventé des râteaux télescopiques ou cordes à nœuds magiques pour racler l’appendice depuis le pont.

Ça a marché !

Mais la technique la plus simple consiste parfois en une petite marche arrière, à la voile bien sûr, pour décoincer les algues.

C’est cette méthode qu’ont choisi jeudi Romain Pilliard et Alex Pella dans les calmes annonciateurs d’un prochain pot au noir. Ça a marché !

LA VIDÉO CI-DESSOUS :

www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01164585/src/qxplumf/zone/1/showtitle/1/

Crédit vidéo : Romain PILLIARD / Use It Again

Un tour du monde à l’envers qui continue de réserver les plus grandes surprises aux deux skippers qui ont déjà eu le droit depuis leur départ à des pluies de sable sur leur pont, mais aussi à des slaloms de nuit entre des bateaux de pêche ou bien encore des navigations dans des mers démontées.

TOUR DU MONDE ALEX PELLA RECORD