Actualités Voile

VIDÉO. Une solution innovante pour nettoyer les bateaux et se passer d’antifouling

AccueilEnvironnement littoral écologie

Nettoyer régulièrement sa carène sans sortir son bateau de l’eau et se passer ainsi d’antifouling, c’est ce que propose Philippe Vallée, premier à utiliser en France ce nouveau modèle de machine suédoise à rouleaux.

Installée au début du ponton du Vendée Globe, à Port Olona (Sables-d’Olonne), cette structure équipée d’une bâche pour récupérer les parasites libérés de la coque peut recevoir des unités de 4 à 16 mètres.

Voiles et Voiliers a cherché à en savoir un peu plus.

Une image contenant ciel, bateau, extérieur, scène

Description générée automatiquement Une image contenant texte, clipart

Description générée automatiquement

La Big Wash est équipée d’une bâche qui restera immergée sous le bateau et permettra de récupérer tous les parasites décollés de la coque. C’est le premier modèle de ce type installé en France. | CHRISTOPHE FAVREAU

Christophe FAVREAU. Modifié le 30/07/2021 à 11h11 Publié le 29/07/2021 à 16h07

C’est le premier modèle de ce type en France.

Dans quelques jours, Philippe Vallée va proposer aux plaisanciers de Port Olona une solution pour nettoyer leur bateau en un temps record.

Une trentaine de minutes suffisent à sa machine Big Wash (fabriquée par la société suédoise Rentunder qui commercialise ce genre de produit depuis 12 ans.

Elle est distribuée en France par G&G Boatwash) pour faire le tour de la coque et libérer celle-ci des aspérités qui gênent sa bonne glisse.

Si ce procédé est inadapté aux voiliers biquilles et déconseillé aux semi-rigides et aux coques en bois, il s’adresse à tous les autres bateaux (fibre de verre, carbone…), y compris à double safrans.

VOIR AUSSI :
Naviguer propre. Antifouling et entretien. Les produits « verts », ça existe ?
Naviguer propre. Bonnes pratiques : une journée sans polluer

Une image contenant personne, homme, extérieur, debout

Description générée automatiquement

La structure vient d’être installée au début du ponton du Vendée Globe.

Une fierté pour le Sablais Philippe Vallée, créateur de la société SMART FOULING. | CHRISTOPHE FAVREAU

Plusieurs formules sont proposées, du passage ponctuel au nettoyage à volonté, qui permet alors de se passer complètement d’antifouling, un produit anti-algues durablement polluant, même si des développements récents visent à réduire sa toxicité.

Philippe Vallée nous présente dans cette vidéo les différentes possibilités qu’offre une telle structure flottante, accessible à des bateaux dont le tirant d’eau ne dépasse pas 2 mètres 40.

Les premiers essais démarrent aujourd’hui et l’activité débutera dans quelques jours.

LA VIDÉO CI-DESSOUS :

https://www.youtube.com/watch?v=4YVkfbPE3iI&t=1s&ab_channel=ChristopheFavreau

ÉCOLOGIE EQUIPEMENT – ENTRETIEN COQUE

Insolite. Retrouvailles imprévues de sept cadors de la course au large

AccueilCulture voile

Sept légendes de la course au large se sont retrouvées jeudi dernier dans les jardins du Musée de la Compagnie des Indes de Port-Louis (Morbihan) pour épauler deux des leurs venus signer un livre collectif de souvenirs de coups de gueule en mer.

Au premier rang, c’est Mike Birch. Derrière lui, Alain Cordelle puis vers la droite Karine Fauconnier, Jimmy Pahun, Jean-Yves Terlain, Yvon Fauconnier et Alain Labbé.

Question piège : ça fait combien de Route du Rhum ou autres grandes courses, tout ça ?

Une image contenant ciel, personne, extérieur

Description générée automatiquement

De gauche à droite, Mike Birch, Alain Cordelle., Karine Fauconnier, Jimmy Pahun, Jean-Yves Terlain, Yvon Fauconnier et Alain Labbé. | NICOLAS FICHOT

Nicolas FICHOT.Publié le 02/08/2021 à 12h00

Le livre en question s’appelle « Coups de gueule en mer » et regroupe le récit personnel de plus d’une vingtaine de marins, qu’ils soient au commerce, à la Royale, gardiens de phare ou coureurs au grand large qui ont accepté de se souvenir d’un de leur coup de gueule mémorable.

Légendes vivantes

Parmi eux, Eugène Riguidel, Yvon Fauconnier ou Alain Labbé notamment, s’agissant du monde de la course au large.

Et c’est parce que ces deux derniers signaient ce livre jeudi dernier dans les jardins du Musée de la Compagnie des Indes de Port-Louis que leurs amis skippers avaient choisi de venir les épauler en ami, en voisin ou de très loin puisque Mike Birch, malgré sa maladie, ayant quitté provisoirement la région de Vancouver où il vit désormais avait fait le détour dans ce coin de Bretagne.

Une image contenant eau, extérieur, ciel, bateau

Description générée automatiquement

En soufflant de quelques secondes la victoire aux grands monocoques dans la Route du Rhum 1978, Mike Birch sur son petit trimaran jaune Olympus annoncera aussi la suprématie des multicoques dans les grandes courses au large. | JEAN-JACQUES BERNARD / DDPI

D’où ce regroupement imprévu, bourrée d’amitiés fortes, et cette photo prise à l’arraché qui a mille chances sur mille de rester seule en son genre.

D’où cette question, aussi, dont aucun d’entre eux n’avait la réponse précise ce jeudi-là : derrière ces sept visages, combien se cachent de grandes courses, qu’il s’agisse de Vendée Globe, de Route du Rhum, de transats en tous genres et même de Transpacs, ou bien de Course de l’Aurore devenue Solitaire du Figaro, de Tour de France à la voile ou autres Spi Ouest-France.

Bravo par avance à celle ou celui qui trouvera la bonne solution, sachant déjà, par exemple et sans être exhaustif, que Mike Birch, par exemple, a notamment participé, victoire à la clé ou pas, à 7 Route du Rhum, 2 Ostar et 1 Lorient-Saint Barthélémy-Lorient.

Jacques Vabre et Route du rhum à gogo

Laurent Cordelle ne compte plus ses participations à des Quarter ou Half Ton Cup et autres Admiral’s Cup en plus de ses Coupe de l’America pour les camps français ou italiens, sans oublier 1 Whitbread, 4 Tour de France à la Voile, autant de Fastnet Race et 7 Solitaire du Figaro.

Karine Fauconnier, qui est « née dedans » comme on dit, a ensuite participé entre autres à 2 Québec-Saint-Malo, 4 Solitaire du Figaro, 2 Jacques Vabre, 1 Route du Rhum, 1 Lorient-Saint-Barthélémy et 1 Tour du monde en équipage.

Jimmy Pahun, avant de tirer un bord vers l’Assemblée Nationale, aura participé par exemple à 2 Solitaire du Figaro et 2 Transat Ag2r ainsi que 10 Spi Ouest-France et 12 Tour de France à la voile.

Deux fois par semaine, retrouvez gratuitement l’actualité voile avec la newsletter Voiles et Voiliers

S’inscrire

Votre e-mail est collecté par la société SERNAS pour recevoir nos actualités. En savoir plus

Une image contenant embarcation, transport, extérieur, bateau

Description générée automatiquement

C’est sous sa pyramide de plexi que Jean-Yves Terlain boucla son premier Boc Challenge. | DR / CHANTIER PINTA

Jean-Yves Terlain ?

C’est tout simplement 4 transat anglaise (1968, 1972, 1976 et 1988) ainsi qu’une Route du Rhum et un Vendée globe, sans oublier une transpacifique San-Francisco-Tokyo à bord d’un Arpège qu’il termina en 1969 derrière Éric Tabarly sur son révolutionnaire Pen Duick V à ballasts.

Yvon Fauconnier, qui remporta l’Ostar 1984 tout en sauvant au passage la vie de Philippe Jeantot, ne compte plus ses participations aux courses du RORC avant de participer à une première transat anglaise en 1976 et une Route du Rhum en 1978 puis de devenir l’équipier de Mike Birch sur de nombreuses courses et de repartir sur la Route du Rhum 1982.

Sans oublier notamment une Transat Ag2r avec sa fille avant de se lancer dans de longues navigations antarctiques.

Tabarly, Kersauson, Caradec et les autres

Alain Labbé de son côté a navigué en course entre autres avec Éric Tabarly, fait un tour du monde dans l’équipage d’Olivier de Kersauson, partagé la barre d’un trimaran à foils avec Loïc Caradec et couru sur le Roger & Gallet d’Éric Loizeau avant de tourner la page de la course au large et d’entamer sa seconde vie de producteurs de fraises au bout du bout de sa Bretagne natale.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Les éditions Elocoquent viennent de publier « Coups de gueule en mer », recueil de souvenirs de grosses colères en mer racontées par les marins eux-mêmes. | NICOLAS FICHOT

Que du beau monde, donc, sur cette photo d’amis qui s’étaient retrouvés jeudi autour d’un livre fraîchement édité pour parler de tout, sauf d’eux. C’est raté, pour ces seigneurs de la course au large.

CULTURE VOILE COURSE AU LARGE MIKE BIRCH KARINE FAUCONNIER JIMMY PAHUN