Actualités Voile

VIDÉO. America’s Cup. 4 minutes pour comprendre le match entre Luna Rossa et Ineos Team UK…

Accueil Régate  Coupe de l’America

Après la défaite d’Ineos Team UK face aux Italiens dimanche dernier, c’est donc Luna Rossa Prada Pirelli qui affrontera Emirates Team New Zealand lors de la 36e Coupe de l’America. Si vous n’avez rien suivi de la Prada Cup qui s’est jouée à Auckland ces dernières semaines, voici une séance de rattrapage avec ce récapitulatif vidéo de 4 minutes. De quoi se mettre à jour pour la Coupe de l’America qui débutera le 6 mars prochain.

La finale de la Prada Cup qui a opposé Luna Rossa face à Ineos Team UK. | AMERICA’S CUP

Voiles et Voiliers.Publié le 25/02/2021 à 10h44

VOIR AUSSI :

America’s Cup. Les Italiens de Luna Rossa qualifiés pour la 36e Coupe de l’America (+ vidéo)

Toutes les infos sur la Coupe de l’America sont à retrouver ici

LA VIDÉO EN ANGLAIS ICI (activer les sous-titres en Français dans les réglages sur YouTube)

Lightening Recap of the PRADA Cup – YouTube

America’s Cup. Les Italiens de Luna Rossa qualifiés pour la 36e Coupe de l’America (+ vidéo)…

Accueil Régate  Coupe de l’America

Vainqueur à deux reprises d’Ineos Team UK samedi, les Italiens décrochent le droit de rencontrer les Néo-Zélandais en finale de la Coupe de l’America à partir du 6 mars prochain.

Pour les Italiens, challengers pour la 3e fois, le plus dur reste à faire.

Luna Rossa Prada Pirelli remporte la finale de la Prada Cup finale et se qualifie pour la 36e Coupe de l’America. | GILLES MARTIN-RAGET

Gilles MARTIN-RAGET. Modifié le 21/02/2021 à 15h23

L’avantage avec les Italiens, c’est que quand ils gagnent ça se voit, ça s’entend, il y a de la couleur partout, des drapeaux, des cris de joie, des embrassades, des gens qui partent à l’eau, des cornes de brumes, des larmes de joie, et ça ne s’arrête jamais.

La bulle anti-covid que l’équipe italienne avait créée tout autour de son personnel a pris cher quand Luna Rossa est revenu à sa base après avoir infligé deux défaites supplémentaires aux Anglais d’Ineos Team UK.

Dans un vent trop léger pour l’AC75 britannique, le voilier italien barré par le tandem Bruni / Spithill n’a laissé aucune chance à son adversaire en dépit de l’agressivité de Ben Ainslie qui réussissait à prendre le dessus à deux reprises au départ.

Au premier croisement, l’affaire était déjà entendue, et la différence d’efficacité en ligne droite comme lors des changements de bord a ensuite rendu les deux régates un rien soporifiques, c’est la loi du genre.

Donc exit les Anglais qui auront connu une campagne compliquée en dépit d’un budget que l’on dit avoir été l’un des plus gros de cette édition, sans doute celle qui a le plus souffert des aléas imposés par la pandémie mondiale et s’est présentée à Auckland avec un déficit de temps d’entraînement qui a été révélé au grand jour lors des régates de décembre.

Les Italiens s’offrent une superbe victoire en remportant la finale 7 à 1. | GILLES MARTIN-RAGET

Ben Ainslie et son équipe ont couru après le temps, redressé remarquablement la barre durant les rounds robins disputés en janvier qu’ils ont remporté à la surprise générale.

Mais ces régates disputées dans un vent bien établi étaient l’arbre qui cachait la forêt.

En dépit du temps de développement dont a bénéficié l’équipe anglaise pendant que Luna Rossa et American Magic disputaient la demi-finale de la Prada Cup, elle n’a pas réussi à résoudre son problème de performance dans le petit temps.

Au contraire, Luna Rossa qui a décidé il y a bien longtemps de se présenter avec un bateau complet en tenant compte des vents plus légers qui soufflent généralement en février, là où le titre de challenger se joue vraiment, a réussi son pari dans les grandes largeurs.

Luna Rossa croisant devant les Anglais d’Ineos Team UK. | GILLES MARTIN-RAGET

VOIR AUSSI :

America’s Cup/Finale Prada Cup. Ineos Team UK marque un point, Luna Rossa conserve l’écart (+ vidéo)

Vingt-neuf ans après Il Moro di Venezia à San Diego en 1992, vingt et un ans après Luna Rossa en l’an 2000 à Auckland, les Italiens vont donc rentrer de nouveau dans le grand livre l’histoire maritime en étant le challenger de la 36e édition de la Coupe de l’America, la première à se disputer sur des bateaux à foils.

Une magnifique performance qui remplit toute cette équipe de joie et récompense les efforts de son armateur Patrizio Bertelli qui a suivi cette sélection depuis l’Italie, mais le plus dur reste à faire.

And the winner is… | GILLES MARTIN-RAGET

Il est symbolique que durant toutes les régates de cette finale de l’America’s Cup, Te Rehutai , l’extraordinaire machine que présentera la Nouvelle-Zélande pour défendre le trophée qu’elle a récupéré en 2017 aux Bermudes était présente non loin des régates, sous grand-voile seule, en attendant que le plan d’eau se libère pour reprendre ses entraînements.

Max Sirena, James Spithill et Francesco Bruni qui mènent l’équipe « azzura » n’ont du reste cessé de répéter à l’issue de cette journée marquante pour leur équipe que ce qui les attendait, à savoir rencontrer un équipage néo-zélandais dans le golfe d’Hauraki, c’était un peu comme aller affronter les All Black à l’Eden Park d’Auckland.

À part prendre des coups dans la figure et se faire laminer par un bulldozer, on n’est certain de rien.

Rendez-vous le 6 mars à 16 h. Seule certitude : ça va chauffer !

La joie de Francesco Bruni qui participera à sa 5e Coupe de l’America. | GILLES MARTIN-RAGET

LE REPLAY DE LA 4E JOURNÉE DE LA FINALE DE LA PRADA CUP :

Full Race Replay Day 4 | PRADA Cup FINAL | Luna Rossa Prada Pirelli vs INEOS TEAM UK – YouTube

COUPE DE L’AMERICA LUNA ROSSA FOILER 75