Actualités Voile

EXCLUSIF. VIDÉO. Premières images du nouveau Reverso Air : au reaching, il surfe comme les grands… !

Accueil Sport de glisse et voile légère

L’inventeur du Reverso Air, Antoine Simon, vient de sortir une version 2021 de son dériveur démontable dont le mât est désormais en carbone et la voile en Black Membrane comme celles des Imoca du Vendée Globe.

Résultat : plus de 16,2 nœuds franchis pour ce dériveur démontable de 3m40 qui tient dans le coffre d’une voiture et se monte sans outils en trois minutes.

Antoine Simon a filmé son joujou à l’action, donnant à Voiles et Voiliers la primeur de cette vidéo pour la presse européenne.

Le nouveau Reverso a plusieurs fois franchi la barre des 16 nœuds dans de la bonne brise. | REVERSOAIR

Nicolas Fichot. Publié le 17/04/2021 à 12h28

« Le nouveau mât en carbone du Reverso, qui se démonte en quatre bouts mais qui pèse désormais moins de 3 kilos, nous avons obtenu encore plus de raideur et la nouvelle voile de 7 m² en Black Membrane comme celle des concurrents du Vendée Globe et qui se glisse en fourreau sur le mât, nous avons encore augmenté nos vitesses tout en restant dans la simplicité » explique Antoine Simon qui inventa en 2017 l’idée de ce dériveur démontable et furieusement réactif sur l’eau.

La barre des 16 nœuds a été plusieurs fois franchie

Pour tester la nouvelle version de son joujou, Antoine Simon a notamment invité plusieurs marins de renoms dont Achille Nebout à venir tester la chose.

« Au final, la barre des 16 nœuds a été plusieurs fois franchie dans des vents allant jusqu’à 25/25 nœuds et ça restait complètement sécurisant pour le barreur.

Du coup, c’est vrai que les dernières images du Reverso sont plutôt impressionnantes ».

LA VIDÉO CI-DESSOUS :

Small Sailboat Reverso Air – Fast and furious sailing in Indian Ocean, Med and Atlantic – YouTube

Crédit vidéo : ReversoAir

La carène très plate et le bouchain vif de ce dériveur de 3m40 pour 1m45 de maître beau assurent à ce dériveur atypique une bonne stabilité, notamment durant les manœuvres.

C’est pour rester dans la simplicité que la bôme vient se clipser directement sur le vis de mulet du mât qui n’a subi aucune perforation préalable pour ne pas diminuer sa solidité.

L’accastillage a lui aussi été connecté au mât sans perçage.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter de Voiles et Voiliers

16,2 nœuds atteints par les testeurs dans 20/25 nœuds de vent : la preuve ? | DR / REVERSO AIR

La dérive sabre et le safran clipsable lui aussi du Reverso Air participent à la simplicité de l’engin qui tient dans une caisse de 1m45 X 0m73 X 0m92.

L’ensemble pèse moins de 65 kilos et le plus lourd des quatre morceaux de la coque, clipsables, pèse 17,5 kilos :

« Avec ce voilier, ajoute Antoine qui forcément vante son invention, vous pouvez naviguer à 2 adultes ou bien 1 adulte et 2 enfants puisque la charge maxi est de 160 kilos.

Les quatre morceaux de la coque en sandwich infusé sous vide sont étanches, à double fond et ont leur propre volume de flottabilité ».

Plus d’infos ici.

Le prix ? « Pour la France, c’est entre 9 600 et 10 340,00 € en fonction de la version choisie », précise Antoine Simon qui avait fait appel à l’architecte Charles Bertrand pour lui dessiner ce bateau-concept.

SPORT DE GLISSE ET VOILE LÉGÈRE

VIDÉO. L’équipe australienne de SailGP, tenante du titre, chavire à l’entraînement aux Bermudes…

Accueil Bateau  foiler

L’équipage australien du circuit SailGP qui s’entraînait exceptionnellement vendredi à bord du F50 américain a chaviré vendredi au cours d’un entraînement aux Bermudes.

L’accident, qui n’a fait aucun blessé et seulement des dégâts matériels, s’est déroulé une semaine avant le début du premier Grand Prix de la saison SailGP 2021 qui se disputera les 24 et 25 avril prochains sur le plan d’eau bermudien de Great Sound où s’était disputée la Coupe de l’America 2017.

Exceptionnellement mené vendredi par les Australiens, le bateau américain a chaviré à l’entraînement alors qu’il naviguait dans la limite haute du vent (rafales à 35 nœuds). | SAILGP

Christophe FAVREAU. Publié le 17/04/2021 à 16h40

Les restrictions liées à la COVID-19 limitant à quatre le nombre de bateaux autorisés à s’entraîner sur la zone de course bermudienne expliquent que le bateau américain qui a chaviré vendredi était mené par des Australiens, le team australien tenant du titre de ce circuit ayant loué le F50 US pour cette journée d’entraînement.

Aucun blessé parmi l’équipage

Cet accident spectaculaire n’a provoqué aucun blessé parmi l’équipage australien et les dégâts semblent minimes pour le bateau américain puisque seule l’aile serait abîmée dans sa partie haute selon les organisateurs de cette course.

LA VIDÉO DU CHAVIRAGE CI-DESSOUS :

www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01164585/src/q0msuff/zone/1/showtitle/1/

Crédit vidéo : SailGP

VOIR AUSSI :

SailGP. Saint-Tropez accueillera l’étape française du circuit des catamarans volants F50

VIDÉO EMBARQUÉE. Un virement de bord sur un F50 du SailGP comme si vous étiez à bord

SailGP. Deux femmes, un Anglais… : France SailGP Team présente son équipage pour la saison 2

Les Australiens menés par Tom Slingsby venaient juste de débuter leur entraînement vendredi après une pause de plus d’un an, quand ils se sont fait surprendre par des rafales de vent qui atteignaient parfois les 35 nœuds, soit la vitesse limite haute identifiée pour ces bateaux extrêmes.

Autre élément pour expliquer ce chavirage : Les Australiens utilisaient pour la première fois une nouvelle aile dont le mode d’utilisation varie légèrement des précédentes.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter de Voiles et Voiliers

Grosse frayeur pour l’équipage australien qui s’est retrouvé suspendu dans le ciel. | SAILGP

Une combinaison de difficultés qui a piégé les Australiens, pourtant tenants du titre.

Un tel chavirage montre que les 14 mois d’interruption du circuit pour cause de pandémie risquent de créer des situations à haute tension, surtout lors des navigations en flotte.

Huit équipages en course pour la saison 2021

Cette saison 2021 du circuit SailGP, deuxième du nom, comptera huit équipages défendant les couleurs nationales de l’Australie, des USA, du Danemark, de l’Espagne, de la France, de la Grande-Bretagne, du Japon et de la Nouvelle-Zélande.

Il leur reste une semaine pour continuer à s’entraîner avant le premier round de courses aux Bermudes.

FOILER TOM SLINGSBY AUSTRALIE CATAMARAN