09/04/2010 | Cardiologie , Santé publique
 
 
 
Une enquête menée par la Fédération Française de Cardiologie chez les 15 à 20 ans révèle que 16% de ces jeunes ont des comportements préoccupants pour la santé de leur cœur : ils fument et ne bougent pas suffisamment.
« Les cardiologues sont préoccupés par les modes de vie des jeunes, qui sont le terreau des maladies cardiovasculaires de demain », indique le Pr Jacques Beaune, Président de la Fédération Française de Cardiologie ». A l’appui de cette inquiétude, les résultats de l’enquête « Les jeunes et leur cœur » que vient de réaliser la FFC. Menée en mars 2010 par Kantar Health auprès de 371 garçons et filles de 15 à 20 ans, cette enquête dresse un état des lieux du quotidien de ces jeunes autour de trois déterminants de la santé cardiaque : le tabac, la consommation de fruits et légumes et l’activité physique.
 
Le rôle néfaste de la sédentarité méconnu
Les résultats qu’elle livre aujourd’hui sont inquiétants à plusieurs titres. « Même si les jeunes de 15 à 20 ans connaissent plus ou moins les comportements à risque pour le cœur – hormis l’activité physique dont le rôle reste méconnu – ils n’en tiennent pas toujours compte dans leurs pratiques », commente le Pr Hervé Douard, du CHU de Bordeaux. Par exemple, 57% citent spontanément le tabac comme néfaste et 37% la mauvaise alimentation. En revanche, seuls 15% repèrent le manque d’activité physique comme nuisible pour la santé cardiaque. Globalement 69% des 15 à 20 ans déclarent être mis en garde par leur famille sur les comportements à risque pour leur cœur.
 
22% de fumeurs chez les 15 à 20 ans
Malgré cette prise de conscience plus ou moins bonne, 22% des jeunes de 15 à 20 ans déclarent fumer, dont 13% plus de 5 cigarettes par jour. S’ils sont 10% à fumer à l’âge de 15 ans, cette proportion atteint 33% à 20 ans. Mais le Pr Daniel Thomas (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris) rappelle que d’autres enquêtes ont montré que l’initiation au tabac est très précoce : « en 2009, un tiers des 10-15 ans déclaraient avoir déjà fumé au moins une cigarette. Au total, 13% des jeunes de 15 ans sont des fumeurs quotidiens ! ». Selon le Pr Thomas, « le tabagisme est devenu un sujet tabou entre parents et enfants depuis 5 à 6 ans, ce qui est regrettable ». Et le Pr Daniel Thomas d’alerter : « les fumeurs adolescents vont être ceux que nous verrons faire des infarctus du myocarde avant l’âge de 50 ans. »
24% des 15-20 ans ne mangent qu’un fruit ou légume par jour, voire aucun
Autre comportement à risque : la consommation de fruits et légumes, qui reste globalement déficitaire chez les 15 à 20 ans. Ainsi, 24% des 15 à 20 ans ne mangent qu’un fruit ou légume, voire aucun par jour. Parmi eux, on trouve plus fréquemment des habitants de la Région Parisienne ou du Nord-Est, des foyers d’ouvriers ou d’employés et des hommes. Seuls 13% des jeunes de 15 à 20 ans déclarent manger cinq fruits et légumes, conformément aux recommandations en vigueur.
 
27% des 15-20 ans n’ont aucune activité physique
Dernier mode de vie en cause : 27% des jeunes n’ont aucune activité physique d’au moins 30 minutes d’affilée en dehors du sport en milieu scolaire. Chez les jeunes femmes, ce taux atteint 35%. Seuls 6% pratiquent un sport plus de 30 minutes 4 à 5 fois par semaine, 38% 2 à 3 fois par semaine, 16% une fois par semaine. « Ces résultats sont à mettre en perspective avec un rapport de l’Inserm qui montrait, en 2001-2002, qu’en France, seuls 11% des filles de 11 ans et 25% des garçons du même âge avaient une activité physique conforme aux recommandations… contre 51% des filles et 61% des garçons en Irlande ! », souligne le Pr Douard. « Il faut aussi avoir conscience du fait qu’aujourd’hui, les enfants dépendent 600 kilocalories par jour de moins qu’il y a 50 ans ! ».
 
Les jeunes, cibles des Parcours du Coeur 2010
D’où le slogan 2010 des « Parcours du Cœur » organisés par la FFC les 24 et 25 avril prochains : « 0 + 5 + 30 », qui rappelle les 3 règles d’or pour préserver un cœur en bonne santé – 0 cigarette, 5 fruits et légumes et 30 minutes d’activité physique continue par jour. « Les jeunes seront cette année le public cible de ces journées », conclut le Pr Douard.
Florence ROSIER