Trois chavirages et la victoire d´Oracle Spithill…
Coupe de l’America / dimanche 11 septembre 2011
Grand soleil, 35 nœuds en rafales et une mer moutonneuse, tout était réuni pour un parfait rodéo dominical. Trois chavirages dont celui d´Aleph (FRA) sont à déclarer et deux ont été évités de peu dont celui de Loïck Peyron (Energy Team) qui n´a jamais chaviré de sa carrière sur un grand multi. James Spithill (ORACLE Racing) remporte la manche en flotte et notons aussi la belle 4e place d´Energy Team. Sur les runs de vitesse, Russell Coutts (ORACLE Racing) a de nouveau été le plus rapide.
 

L’épreuve en flotte s’est jouée sur un parcours d’une quarantaine de minutes, soit le double de celles disputées hier. Rapidement Terry Hutchinson (Artemis Racing) prend la tête, suivi de James Spithill et Loïck Peyron. Tandis que les Suédois abandonnent sur problème technique et qu’Emirates Team New Zealand opère une fois encore une remontée fulgurante dans le groupe de tête, Energy Team défend la troisième place. Mais pendant qu’ils bataillent bord à bord avec Russell Coutts, les Frenchies sortent de quelques mètres du parcours et sont pénalisés. De quoi laisser de l’air à ORACLE Racing Coutts pour prendre et garder cette place sur le podium. L’équipage de Loïck Peyron termine quatrième.
Dans le second bord de reaching, l’AC45 tricolore d’Aleph plante les deux étraves et se couche sur le flanc bâbord. Le skipper Bertrand Pacé en assume ce soir l’entière responsabilité : « Mon manque d’expérience du multicoque a entraîné notre chavirage. On ne peut pas avoir en si peu de temps la régate et le multicoque, ça s’apprend et aujourd’hui, nous avons touché les limites. Le chavirage fait partie du jeu mais les conditions étaient maniables. »
 
Le second sur la liste est Team Korea (KOR). Le bateau de Chris Draper passe pourtant un moment « entre deux » mais finit par se coucher lui aussi. Et sur la fin de parcours, c’est au tour de Green Comm Racing (ESP) de chavirer. Ces deux équipes avaient déjà expérimenté la chose en entrainements, Team Korea à Cascais et Green Comm à Plymouth lundi dernier. Ces cascades surviennent rapidement mais se déroulent relativement en douceur, laissant généralement le temps aux équipiers et à l’invité en 6e homme….de s’accrocher au filet pour retomber sur ses pattes.
 
Runs de folie !
Après le succès d’hier, les organisateurs ont décidé d’ajouter deux nouveaux contre-la-montre par bateau cet après-midi et le spectacle fut complet. Comme samedi, Russell Coutts a été le plus rapide avec un run à 25,92 nœuds de moyenne (48 km/h).
Dans leur premier essai, Oracle Racing Spithill et Energy Team s’envolent vraiment très haut mais les coques se reposent dans le bon sens. Loïck Peyron qui répète ne pas vouloir appartenir au club des « chavirés » de l’AC45 a donc failli y entrer aujourd’hui. « Ceux qui apprennent depuis six mois ou un an ont cette chance de l’innocence. Nous, nous savons aussi comment faire mais nous avons trop vécu de catastrophes au large en multi pour ne pas en être imprégnés. »
 
Ils ont dit
 
Bertrand Pacé (FRA), skipper/barreur, Aleph (FRA) : « Nous avons chaviré par l’avant, l’étrave a planté et le bateau a suivi. Personne n’a été blessé et nous avons juste abîmé le haut de l’aile. Nous naviguions sur un angle délicat (au reaching) mais nous allions très vite et nous pensions que ça passerait car cela arrive plutôt avec moins de vitesse. Ce sont des conditions dans lesquelles nous devons courir, il suffit juste d’apprendre à bien régater dans ces situations c’est tout. »
 
Loïck Peyron (FRA), skipper/barreur, Energy Team (FRA) : « Belle journée avec un très bon départ pour une manche de 40 longues minutes car il fallait survivre avec beaucoup de vent et des angles de vent difficiles à tenir. C’est la première fois que l’on courrait dans des conditions aussi intenses. Le marin expérimenté du multicoque au large que je suis sensé être revient un peu trop, avec cette envie de finir et de ne rien casser, c’est « offshore » comme attitude. Je ne regrette pas car notre bateau est en entier en soir. »
 
Yann Guichard (FRA), régleur d’aile rigide, Energy Team (FRA) à propos des différences entre les épreuves d’Extreme 40 et d’AC45 : « Les deux sont de la régate condensée à l’extrême. Si les parcours sont un peu plus grands en AC45, les bateaux vont plus vite et nous avons aussi la limite virtuelle à gérer, le rythme à tenir à bord est donc similaire. Il y a néanmoins la spécificité du bateau, plus extrême, plus rapide, plus instable en latéral mais beaucoup moins en enfournement qu’un Extreme 40. Par contre, quand tu commences à lever, tu arrives vite à l’angle critique où tu es en équilibre instable et tu ne sais pas de quel coté le bateau va retomber. »
 
Classement général après 4 manches
1 Emirates Team New Zealand 37
2 ORACLE Racing Spithill 36
3 Artemis Racing 29
4 ORACLE Racing Coutts 26
5 China Team 22
6 Aleph 20
7 Energy Team 19
8 Team Korea 17
9 Green Comm Racing 13