Source:

Les boissons énergisantes augmenteraient le risque de TDAH chez les collégiens

  PHANIE   09/02/2015

La consommation quotidienne par des collégiens de boissons énergisantes augmenterait de 66 % de risque de développer des symptômes liés à un rouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), selon une étude parue aujourd’hui dans « Academic Pediatrics ».

Pour parvenir à cette conclusion, le Dr Deborah Schwartz, et ses collègues de l’alliance communautaire pour la recherche et l’engagement (CARE) de l’université de Yale, ont mené une enquête auprès de 1 649 élèves de 12 collèges issus d’une même région scolaire située dans le Connecticut. Les enfants devaient répondre à un questionnaire portant sur le nombre de boissons sucrées et/ou énergisantes qu’ils avaient consommé dans les dernières 24 heures, et répondre à des questions permettant de les situer sur une échelle d’évaluation des symptômes du TDAH.

Un risque qui augmente à chaque canette

Chaque boisson sucrée consommée par jour, y compris les boissons énergisantes, augmentait de 14 % le risque de répondre positivement aux symptômes du TDAH. Les enfants qui buvaient des boissons énergisantes avaient 66 % de risque supplémentaire de présenter de tels symptômes, comparés à ceux qui déclaraient ne pas en boire.

« Plus le nombre boissons sucrées consommées de façon quotidienne augmentait, plus le risque de TDAH montait également », explique le Pr Jeannette Ickovics, directrice de CARE qui a dirigé l’étude. « Nos résultats vont dans le sens des recommandations de l’académie américaine de pédiatrie qui préconisent la limitation de la consommation de boissons énergétiques », ajoute-t-elle.

Des doses de sucres supérieures aux recommandations

Les élèves consommaient en moyennent deux boissons sucrées par jour, soit 80 grammes de sucre, alors que les quantités recommandées se situent entre 21 et 33 grammes en fonction de l’âge. Les auteurs notent également que les garçons sont, en moyenne, de plus gros consommateurs que les filles.

D’autres études avaient déjà montré un lien statistique entre les consommations de boissons sucrées et le risque de TDAH, et d’autres travaux seront nécessaires pour identifier quels sont les mécanismes sous-jacents. Les auteurs précisent que les enfants issus des minorités noires et hispaniques étaient les plus gros consommateurs de boissons énergisantes, et estiment qu’il pourrait y avoir un manque de dépistage du TDAH dans ces populations souvent défavorisées.

Damien Coulomb