Enfant en surpoids, pas de régime hypocalorique
 
 La Haute Autorité de Santé vient d’actualiser ses recommandations de prise en charge du surpoids et de l’obésité chez l’enfant et l’adolescent. L’objectif n’est pas de faire perdre du poids, mais de ralentir la progression de la courbe de corpulence en privilégiant l’exercice physique. Aucun aliment n’est à bannir.
 
Face à l’augmentation du surpoids et de l’obésité, il est recommandé de suivre l’évolution de la corpulence régulièrement chez les enfants. Pour cela, la Haute Autorité de Santé recommande l’utilisation des trois courbes d’indice de masse corporelle, de taille et de poids. Le seuil de surpoids incluant l’obésité est fixé à un indice de masse corporelle supérieur ou égal au 97e percentile des courbes de corpulence françaises.
 
Plusieurs signes d’alerte peuvent interpeller le médecin : un rebond d’adiposité précoce (plus il est précoce, plus le risque de devenir obèse est élevé), l’ascension continue de la courbe IMC depuis la naissance et enfin le changement rapide de couloir de la courbe IMC vers le haut. Enfin, si le rapport tour de taille/taille est supérieur à 0,5, l’enfant présente un excès de graisse abdominale associé à un risque cardio-vasculaire et métabolique accru.
Le suivi doit être régulier et prolongé au moins pendant deux ans. L’objectif n’est pas d’emblée de faire perdre du poids à l’enfant, mais plutôt de ralentir la progression de la courbe de corpulence en tenant compte de son propre objectif pondéral.
 
Pour y parvenir, il est recommandé de convaincre l’enfant de cumuler plus de 60 minutes d’activité physique par jour et d’obtenir un changement durable de ses habitudes alimentaires en y associant l’entourage. Aucun aliment ne doit être interdit.
 
Marie Lestelle (Paris)
 
Référence :
Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent (Actualisation des recommandations 2003)
Haute Autorité de Santé – Recommandations de bonnes pratiques, septembre 2011
[Retrouvez les recommandations en ligne]
Date de publication : 14-10-2011