Source: Course Au Large

                      © Gilles Martin-Raget/ACEA

Le duel ultime commence ce week-end !

Coupe de l’America / jeudi 05 septembre 2013

La « grande » America’s Cup débute demain, samedi 7 septembre. La toute première à bord des AC72 ces multicoques géants à aile rigide, très rapides et très spectaculaires. Bords de portant à plus de 40 noeuds en perspective… Enfin on va voir se mesurer les Américains d’Oracle et les Kiwis d’Emirates Team New Zealand. Les quatre premiers duels de cette finale de l’America’s Cup ont lieu ce week-end. Première régate samedi à 22h15 heure française. A suivre en direct sur Canal+.

Où en est vraiment le team Américain Oracle, Defender de l’America’s Cup? C’est la grande question. Où plutôt où en est l’équipe de Larry Ellison et Russell Coutts par rapport à celle de Grant Dalton et Dean Barker, qui a littéralement survolé la Louis Vuitton Cup pour se hisser en finale? Les Kiwis n’ont laissé que de minuscules miettes à leurs adversaires pendant une LVC qui a paru du coup interminable, parce que jouée d’avance tant la supériorité néo-zélandaise était écrasante. Grant Dalton n’a d’ailleurs pas manqué de faire remarquer que ce n’était que sur deux petits pépins (un planté et un souci de batterie) que son équipe avait laissé échapper deux manches seulement… et donc gagné toutes les autres.

Bref, l’AC72 d’ ETNZ est très, très largement au-dessus du lot des challengers et mérite amplement de disputer l’aiguière d’argent à Oracle. Des Américains qui – on s’en souvient – étaient allé la chiper aux Suisses d’Alinghi via le DoG Match de Valence, en 2010. C’est cet événement qui entraînera d’ailleurs la révolution du passage au multicoque. Et le moins qu’on puisse dire est que tant du côté néozélandais que du côté américain, on s’est très rapidement adapté à cette nouvelle donne. James Spithill coté Oracle et Dean Barker côté Néozélandais ont pris la mesure de leurs monstres ailés : ils sont aujourd’hui les deux meilleurs barreurs au monde de ces très spectaculaires AC72 qui flirtent avec les 45 noeuds au portant dans certaines conditions…

Spithill : « Team New Zealand est grand favori, nous sommes outsider ! « 

Qui sera le premier à gagner 9 duels? « Le plus rapide » répond sans rire Grant Dalton, le boss des Kiwis. « Si Oracle dispose d’un avantage en termes de vitesse sur l’eau, cela se verra au cours des matchs à venir. On l’a déjà vu dans notre rencontre avec Luna Rossa. Nous avons piqué du nez à un moment dans la première course et avons eu un souci avec notre batterie lors de la deuxième, mais nous étions tous simplement plus rapides qu’eux. Face à cela, on ne peut rien. Nous l’avons subi en 2007 (en monocoque à l’époque) : à un moment nous avions l’avantage 2-1 face à Alinghi… mais ils étaient simplement plus rapides que nous et à la fin, cela devient pesant. On va voir cela ici aussi. Le bateau le plus rapide prendra l’avantage en épuisant peu à peu l’adversaire.”

Depuis leur victoire dans la Louis Vuitton Cup, les Kiwis ont effectué des modifications à leur AC72. Lors de la sortie du hangar de leur multi la semaine dernière, on notait des modifications à la poutre arrière et au bout-dehors. Des « déporteurs » ont été installés sur la poutre arrière pour offrir une surface supplémentaire. Pour Dalton c’est “comme si on augmentait la taille de l’aile.” Un travail fait dans la précipitation, après avoir vu l’AC72 de l’adversaire ?  N’oublions jamais que la Coupe, selon la définition établie par la Cour Suprême en 1987, est « une compétition de conception technique ».

Mais la Cup est aussi une grande machine à bluff et intox. Oracle s’affiche volontiers déstabilisé par les sanctions du jury international qui l’handicape de deux points et d’équipiers de premier plan (lire nos articles précédents). James Spithill, barreur d’Oracle, vient ainsi de déclarer : « pour moi c’est évident, Team New Zealand est le grand favori ! Nous sommes désormais en position d’outsider. Apprendre à quatre jours de l’épreuve la composition de l’équipage (à cause de la décision du Jury – ndlr), c’est loin d’être l’idéal ! Il faudra y aller tout de même et tenter de remporter les courses, pas à pas. »

Première régate samedi à 22h15 heure française, deuxième course une heure plus tard. Même chose dimanche. Rappelons que suite aux sanctions qu’a infligé à Oracle le Jury International, les Kiwis peuvent gagner dès le neuvième point marqué mais les Américains au onzième seulement. En théorie, les Néo-Zélandais pourraient donc l’emporter dès le samedi 14 septembre, mais les Américains pas avant le lendemain, deux courses plus tard.

Le programme de la finale de l’America’s Cup

Samedi 7 septembre : Final Race 1 et Final Race 2
Dimanche 8 : Final Race 3 et Final Race 4
Mardi 10 : Final Race 5 et Final Race 6
Jeudi 12 : Final Race 7 et Final Race 8
Samedi 14 : Final Race 9 et Final Race 10*
Dimanche 15 : Final Race 11* et Final Race 12*
Lundi 16 : jour de réserve
Mardi 17 : Final Race 13* et Final Race 14
Mercredi 18 : jour de réserve
Jeudi 19 : Final Race 15* et Final Race 16*
Vendredi 20 : jour de réserve
Samedi 21 : Final Race 17* (13h15)
Dimanche 22 et lundi 23 : jours de réserve

Les duels ont toujours lieu à 13h15 et 14h15 locales à San Francisco soit à 22h15 et 23h15 heure française: 
Le vainqueur est le premier à 9 points, donc toutes les courses à partir de la dixième (*) ne seront courues que si nécessaire.