Bouger à jeun prévient la prise de poids
 
L’exercice physique pratiqué à jeun prévient la prise de poids en cas de régime hypercalorique et contribue à améliorer la sensibilité à l’insuline, par rapport à une activité pratiquée après une prise alimentaire. Ces travaux menés chez des sujets jeunes et en bonne santé sont parus dans The Journal of Physiology
 
Un régime hypercalorique et riche en graisses est une cause importante d’apparition de résistance à l’insuline. Or, l’exercice physique pratiqué à jeun contribue à l’oxydation des graisses dans les cellules musculaires et à leur renouvellement.
A ce titre, des chercheurs ont évalué le bénéfice possible de l’exercice à jeun chez des sujets jeunes en termes de sensibilité à l’insuline. Ils ont inclus des hommes jeunes âgés de 18 à 25 ans en bonne santé et les ont soumis à un régime hypercalorique (+30% kcal / jour) et riche en graisses (50% de la ration calorique quotidienne) pendant 6 semaines.
 
Parmi eux, 10 volontaires ont effectué des exercices d’endurance d’intensité modérée à jeun pendant 4 jours par semaine (course à pied et vélo, 60 min x 2/sem et 90 min x 2/sem) et prenaient un petit déjeuner à distance de cette activité. Dix autres volontaires ingéraient un petit déjeuner avant cette même activité physique et buvaient une boisson sucrée pendant l’exercice et enfin, d’autres volontaires ne modifiaient pas leur activité physique (groupe contrôle).
Dans ce dernier groupe, la prise de poids moyenne a été de 3 kg, alors qu’elle n’a été que de 1,4 kg dans le groupe exercice après un repas (P < 0.01) et quasiment nulle (0.7 ± 0.4 kg) dans le groupe exercice à jeun (P = 0.13). En outre, une amélioration de la sensibilité à l’insuline a été observée uniquement dans le groupe « exercice à jeun » (P < 0.05) et le taux de GLUT4 (protéine présente dans le muscle contribuant à l'insulinosensibilité) a augmenté dans ce même groupe.
Ces résultats intéressants sont maintenant à évaluer chez des patients présentant une résistance à l’insuline.

Marie Lestelle (Paris)
Référence :
Van Proeyen K, Szlufcik K, Nielens H et al.
Training in the fasted state improves glucose tolerance during fat-rich diet.
J Physiol. 2010 ; 588 : 4289-302
[Retrouvez l’abstract en ligne]

 
Date de publication : 25-02-2011