Actualités Santé

DIABÈTE : Oui, l’exercice de résistance peut le prévenir…

Actualités  –  publiée le 19/04/2019 par Équipe de rédaction Santélog

Diabetes Metabolism Research and Reviews

L’exercice de résistance est tout aussi efficace dans la prévention du diabète de type 2

Cette étude publiée dans Diabetes / Metabolism Research and Reviews souligne les avantages de l’exercice, en particulier de l’entraînement de résistance, pour la prévention du diabète de type 2. Si ce n’est pas la première à souligner que l’exercice permet d’améliorer le métabolisme du glucose, la recherche montre, pour la première fois une efficacité similaire entre l’exercice aérobie et l’exercice de résistance dans cet effet prévention.

Il s’agit d’un essai contrôlé randomisé mené auprès de 172 personnes âgées de 55 à 75 ans atteintes de prédiabète et réparties entre un groupe témoin, un groupe d’entraînement aérobique, un groupe exercice de résistance et un groupe invité à pratiquer les 2 types d’exercice. Les programmes d’exercices supervisés comportaient des sessions de 60 minutes par jour, 3 fois non consécutives par semaine sur 24 mois. 137 participants ont achevé l’étude.

L’analyse montre que l’incidence u diabète de type 2 est réduite de :

  • 74% avec l’exercice aérobique,
  • 65% avec l’exercice de résistance,
  • 72% avec l’exercice aérobique + l’exercice de résistance.
  • Après 24 mois, l’incidence cumulée du diabète était significativement réduite dans tous les groupes d’intervention et respectivement de 21%, 26% et 22% vs groupe témoin.

Ainsi l’exercice de résistance est tout aussi efficace dans la prévention du diabète de type 2, chez les patients atteints de prédiabète. Un résultat qui élargit encore l’efficacité de l’exercice, et de tout type d’exercice et plus largement l’adhésion à un mode de vie sain, pour prévenir le diabète de type 2.

Source: Diabetes Metabolism Research and Reviews 15 February 2019 DOI : 10.1002/dmrr.3143 Two‐year‐supervised resistance training prevented diabetes incidence in people with prediabetes: A randomised control trial

Lire aussi : DIABÈTE : La protéine de l’exercice qui améliore le métabolisme du glucose

Plus sur Diabète Blog

ARTHROSE du GENOU : La douleur n’a « rien à voir » avec l’activité physique… !

Actualités  –  publiée le 19/04/2019 par Équipe de rédaction Santélog

Arthritis Care and Research

La douleur au genou n'est pas associée aux niveaux de marche quotidiens chez les personnes atteintes d’arthrose au genou symptomatique, et d’intensité légère à modérée.

Certes, la douleur peut être un obstacle à l’activité physique, d’ailleurs fréquemment signalé par les patients souffrant d’arthrose du genou. Cependant, peu d’études ont étudié l’association entre la douleur et les niveaux de pratique de la marche.

Cette étude, publiée dans la revue Arthritis Care and Research, qui précise la relation entre 2 mesures distinctes de la douleur au genou et l’activité physique mesurée de manière objective, montre l’absence d’association claire, du moins chez les personnes souffrant d’arthrite du genou symptomatique légère à modérée. En conclusion, les stratégies visant à accroître l’activité physique chez ces patients restent légitimes.

Cette étude observationnelle longitudinale menée auprès de 59 participants, dont 48 femmes, âgés en moyenne de 61 ans, à IMC moyen de 28 et souffrant d’arthrose du genou a collecté les données d’activité physique et de douleur, tous les 3 mois pendant une durée de suivi de 3 ans maximum. L’activité physique a été caractérisée comme étant la moyenne des pas quotidiens effectués sur au moins 3 jours, mesurée par accéléromètre. La douleur a été évaluée à l’aide de 2 échelles (Knee injury and Osteoarthritis Outcome Score ou KOOS‐pain et P4 pain scale ou P4‐pain).

Les chercheurs ont ensuite déterminé l’association entre la douleur et les niveaux d’activité physique.

  • Toutes les variables (âge, indice de masse corporelle (IMC), saison) s’avèrent des prédicteurs significatifs de l’activité physique ;
  • Ni la douleur évaluée par « KOOS », ni par « P4-pain » ne s’avère associée au niveau d’activité physique.

Qu’est-ce que cela signifie en pratique ? La douleur au genou n’est pas associée aux niveaux de marche quotidiens chez les personnes atteintes d’arthrose au genou symptomatique, et d’intensité légère à modérée. Bien que la gestion de la douleur reste une cible importante des interventions, il est peu probable que le soulagement de la douleur augmente les niveaux d’activité physique chez les personnes souffrant d’arthrose du genou.

Les stratégies visant à accroître l’activité physique chez ces patients restent légitimes et devraient viser à surmonter des obstacles plus significatifs, comme le manque de connaissances sur la maladie, le manque de motivation et le goût pour la sédentarité.

« La douleur et l’inactivité sont les principaux problèmes rencontrés par les personnes souffrant d’arthrose du genou. La gestion de la douleur doit être une priorité du traitement mais il est également essentiel d’encourager de manière ciblée l’activité physique afin de promouvoir la santé et le bien-être de ceux qui vivent avec cette maladie », conclut l’auteur principal, le Dr Monica Maly, de l’Université de Waterloo (Canada).

Source: Arthritis Care and Research 06 March 2019 DOI : 10.1002/acr.23842 Pain Is Not Associated with Steps per Day in Persons with Mild‐to‐Moderate, Symptomatic Knee Osteoarthritis – A Mixed Models Analysis of Multiple Measurements over 3 Years

Plus sur l’Arthrose du genou sur Rhumato/fibromyalgie Blog